Qu’est-ce que le référencement naturel (SEO en anglais pour Search Engine Optimization) ?

Le SEO est un ensemble de techniques visant à améliorer la visibilité d’une page web dans les résultats de recherche (SERP, pour Search Engine Result Pages) des robots d’indexation. Ces techniques favorisent l’analyse et la compréhension, par les moteurs de recherche, de la thématique principale et du contenu de tout ou partie d’un site Web.

De l’opération ponctuelle à une véritable stratégie commerciale

1) A quoi sert le référencement naturel ?

Prenons l’exemple d’une entreprise qui souhaiterait apparaître en première page des résultats affichés par Google après une requête contenant le mot clé « RGPD[1] », par exemple. La requête Google fait apparaître 47 200 000 résultats. Le mot clé étant très concurrentiel, positionner le contenu en meilleure place que la CNIL, economie.gouv.fr, Wikipédia ou encore le site du droit de l’UE ne sera pas chose aisée. En effet, l’improvisation ne suffira pas dans ce cas ! Pourtant, apparaître en première page des résultats Google est aujourd’hui un gage de crédibilité et de légitimité susceptible de faciliter grandement la conclusion d’un contrat de vente.

2) Comment s’y prendre ?

Deux options s’offrent à vous si vous n’êtes pas encore initié(e) au SEO rendre visible votre site dans les pages du moteur de recherche Google. (Faut-il rappeler que Google est devenu le premier moteur de recherche du monde en 2010 ?).

  1. Premièrement, vous pouvez apprendre les tactiques de référencement puis, les mettre en pratique pour votre compte. Pour ce faire, vous pouvez suivre une formation à condition de trouver un organisme compétent. À défaut, il s’agira de procéder pas à pas et de façon déductive. Cependant, cette option peut s’avérer chronophage sans garantir toutefois les résultats.
  2. Faire appel à des spécialistes (option qui requiert d’y consacrer un budget et qui implique de solliciter une agence spécialisée).

Exemples d’erreurs à ne pas commettre pour ne pas pénaliser le référencement d’un site Internet

  • Recourir à des rédacteurs Web non expérimentés pour produire le contenu qui sera ensuite publié sur votre site.
  • Ne pas partager les nouveaux contenus publiés sur votre site via les comptes digitaux de l’entreprise (Facebook, Linkedin, Twitter, Instagram…). En effet, plus un contenu est partagé sur les médias sociaux, mieux Google le note.
  • Ne pas opter pour le https et conserver le préfixe http://. Le risque est de susciter la méfiance des visiteurs, voire de donner une image d’amateurisme.
  • Négliger l’ergonomie du site, ne pas analyser son trafic et ne pas tester la facilité d’accessibilité (dont celle des formulaires de contact). Ce qui va de soi pour l’un peut sembler alogique pour l’autre. C’est pourquoi les services d’un UX Designer peuvent s’avérer précieux pour concevoir ou optimiser un site.
  • Abuser des bannières publicitaires et autres des bandeaux clignotants (qu’ils soient issus de Google AdSense ou autre, dans le cadre d’une opération de SEM[2]). Même si l’on peut facilement supposer que Google vous sera “reconnaissant” pour votre contribution à son expansion, vos lecteurs, eux, pourraient bien disposée d’une image dégradée de votre site.
  • Ne pas afficher une politique de confidentialité et de protection des données personnelles comportant les mentions légales requises par le RGPD. Idem pour ce qui concerne le bandeau de personnalisation des cookies conforme au RGPD. Plus d’un an après l’entrée en vigueur du RGPD (soit plus de trois ans après son entrée en application) prendre ce risque peut s’avérer dangereux.
  • Abuser des billets de blog sponsorisés commandés à des sites de qualité moindre. L’échange marchandises est sans doute une alternative plus saine…
  • Ne pas optimiser (le référencement) des images utilisées pour illustrer vos contenus. Attention aux crédits, aux dimensions et aux attributs…
  • Avoir plus de liens hypertextes sortants que de rétroliens (backlinks). De même, avoir plus de liens sortants que de liens entrants. Les algorithmes de Google (Panda, Pingouin, Pigeon, Opossum…) ont été conçus pour noter les sites selon ce type de critères.
  • Ne pas publier régulièrement du contenu. Il ne suffit pas de mettre en ligne un site “tout beau et tout neuf avec plein de contenus experts” pour gagner ou conserver durablement les places du premier rang.

Quelques astuces pour le SEO

  • Recourir à des spécialistes du SEO capables de vous assister dans la production et la mise en ligne des contenus. Ceux-ci doivent convaincre vos lecteurs de revenir sur votre site et d’acheter vos produits ou services. Ces spécialistes sont de deux types : les rédacteurs Web expérimentés (comme SpotPink par exemple ;-)) et, les agences spécialisée dans le SEO, comme l’agence de référencement naturel “site pénalisé”.
  • Les liens pointant vers votre site doivent être les plus nombreux possibles. De plus, ils doivent être issus d’un contenu et d’un site de qualité. Ce dernier doit bénéficier idéalement d’un meilleur trafic que votre site.
  • Cibler les mots clés générant du trafic sur votre site sans oublier ceux de vos concurrents (qui sont très instructifs sur leur positionnement) !
  • Publier plusieurs contenus par mois contenant le ou les mots clés qu’il s’agit d’ajouter dans le titre de la page ou de l’article, les balises H1/H2 et dans le texte. L’occurrence du mot clé doit être ni trop élevée ni trop faible par rapport au reste du contenu. En tout état de cause, le texte doit compter un minimum de 400/450 mots (soit, environ 2500 caractères espaces compris).
  • Refonte de site avec mise en ligne un nouveau nom de domaine ? Après avoir réécrit tout ou partie du contenu du précédent nom de domaine :
    • demander aux robots d’indexer le nouveau nom de domaine,
    • demander aux robots de ne plus indexer le précédent nom de domaine,
    • mettre en place les redirections 301 et surveiller les erreurs 404. L’extension WordPress Redirection est simple et efficace pour ce faire.
    • Soumettre le fichier sitemap (plan du site) du nouveau site et configurer le changement d’adresse dans Google Search Console.
  • Eventuellement doubler sa stratégie SEO d’une campagne de référencement payant (SEM en anglais pour Search Engine Monetization) avec Google Ads.
  • Enregistrer son entreprise sur Google My Business et collecter un maximum de (vrais) bons avis.
  • Optimiser la rapidité du site. L’extension WP Speed of light est intéressante.
  • Utiliser le plugin Yoast SEO pour optimiser le SEO (requête cible et lisibilité) de chacun de vos contenus.

Bonus (non indispensable pour le SEO) :

  • Pour une gestion des cookies conforme au RGPD, utiliser la solution open source : “tarteaucitron.js”
  • Matomo, solution de suivi du trafic alternative à Google Analytics, vous permettra d’assurer la conformité de votre site au RGPD (cf. personnalisation des cookies et suppression de ceux-ci au-delà du délai maximum légal).

À vos marques, prêt(e), partez !

—–

[1] Règlement n°2016/679, dit Règlement Général sur la Protection des Données (GDPR : The EU General Data Protection Regulation).

[2] SEM : Search Engine Monetization

(Article lu 6 fois)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.