Initiation à la #psychologie des couleurs

couleurLa psychologie des couleurs étudie l’impact que peuvent avoir les couleurs sur le comportement humain. En effet, les couleurs ont non seulement une influence sur nos perceptions et nos sensations, mais elles peuvent également influencer nos émotions, nos humeurs, ainsi que notre physiologie !

Le pouvoir des couleurs

Une couleur peut attirer l’attention, apaiser ou au contraire irriter les yeux, ainsi qu’affecter la lisibilité d’un écrit. C’est pour ces raisons qu’il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des couleurs, fait bien connu dans le monde de la publicité par exemple. Si elle est utilisée efficacement, la couleur peut contribuer au succès d’une campagne publicitaire, entraîner des comportements de consommation et ainsi de suite.

Ce que les couleurs représentent

La perception et la signification des couleurs dépendent notamment de la culture, de la personnalité, de l’âge et de l’expérience personnelle de la personne, mais également – et peut-être principalement – du contexte dans lequel elles sont observées.

Il existe néanmoins des représentations générales et assez universelles des différentes couleurs, dont un échantillon non exhaustif est listé ci-dessous :

•    rouge : passion, excitation
•    jaune : optimisme, chaleur
•    vert : nature, paix
•    bleu : calme, confiance
•    noir : autorité
•    blanc : innocence

Ainsi, le bleu et le vert sont des couleurs plutôt sereines, alors que le rouge et le jaune ont plus de caractère et peuvent faire augmenter le rythme cardiaque.

Les couleurs et les espaces

La bonne atmosphère d’une pièce dépend entre autres de la couleur de celle-ci. La couleur que l’on choisit est importante, que ce soit chez soi ou au bureau (si l’on a le choix bien sûr).

Le bleu est souvent utilisé pour les chambres, mais également pour les bureaux. Le bleu aide à la concentration et à la productivité, donc idéal pour travailler semble-t-il.

Par ailleurs, on aurait plus tendance à perdre son sang-froid dans une pièce jaune et les bébés pleurent aussi davantage lorsque leur chambre est peinte en jaune. Si trouver une couleur adaptée semble difficile, il est toujours possible de se rabattre sur LA couleur neutre de référence : le blanc.

Grass and SkyLes réseaux sociaux et le bleu

Une majorité des réseaux sociaux utilise la couleur bleue dans son logo et/ou son interface (barre de menu, etc.). On pense en premier lieu à Facebook et à Twitter, mais également à LinkedIn. On peut se douter que ceci est loin d’être une coïncidence.

Comme il a été mentionné plus haut, le bleu est perçu comme une couleur fiable et digne de confiance. D’après Karen Haller, spécialiste de la psychologie appliquée aux couleurs, “le bleu est la couleur de l’intellect, du mental, qui est en fait la couleur de la communication”. Communication et réseaux sociaux faisant bon ménage, cela pourrait expliquer le choix du bleu pour un grand nombre d’entre eux.

En outre, le bleu semble être la couleur “la plus populaire au monde”. Les réseaux sociaux regroupant des personnes ou des organisations à une échelle internationale, l’utilisation du bleu semble raisonnable et propice au succès.

Et l’originalité dans tout ça ?

Si le bleu paraît être une couleur efficace pour les réseaux sociaux, pourquoi changer une recette qui marche ? Peut-être à cause du manque d’originalité que cela pourrait entraîner à la longue et au sentiment de lassitude qui pourrait venir s’abattre sur les utilisateurs des réseaux sociaux.

Et aussi…

D’autres effets intéressants ont été découverts sur les couleurs :

  • Le rouge aurait un effet sur l’appétit (en l’augmentant), raison pour laquelle la restauration utilise beaucoup cette couleur.
  • Les pilules de placebo sont ressenties comme plus efficaces lorsqu’elles sont de couleur chaude que lorsqu’elles sont de couleur froide.
  • La couleur peut avoir un impact sur les performances : exposer des étudiants à la couleur rouge avant un examen a un effet négatif sur leurs résultats.
  • Il semblerait qu’installer des lampadaires émettant de la lumière bleue pourrait entraîner une baisse des taux de criminalité : à Glasgow, après avoir introduit des lampadaires bleus en 2000 pour améliorer le paysage, le nombre de crimes dans les zones illuminées en bleu a baissé.

Sources :

—————————————–
Auteure du billet

P1100663bis1Tamilla STICHWEH
Chargée de Communication et Marketing (stagiaire) chez SpotPink. Je suis actuellement en Master 1 de Psychologie Sociale Appliquée à l’université de Paris Ouest Nanterre. Outre la psychologie et ses nombreux domaines d’application, je suis passionnée par l’écriture et le cinéma. Je parle français, allemand et anglais.
Vous pouvez me suivre sur mon compte Twitter @Tamilla_St

(Article lu 8136 fois)

2 réponses
  1. Nicolas dit :

    Exposé succinct et convainquant. Comme exemple, on peut regarder aujourd’hui dans la Huffington Post, au chapitre Poutine, un Jean-Marie Le Pen, faisant l’éloge de Pourtine (qui aurait fait un sans-faute dans tous les domaines : politique, historique et … moral !) vêtu d’un costume noir impeccable, affublé d’une cravate jaune.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

WordPress spam bloqué par CleanTalk.