#Travail rime-t-il toujours avec bien-être ?

people-1279618-m

Place du bien-être au travail dans les institutions

Dès 1979, L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) caractérise la notion de bien être au travail comme « un état d’esprit dynamique, caractérisé par une harmonie satisfaisante entre les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur, d’une part, et les contraintes et les possibilités du milieu de travail d’autre part ».
Le bien être est associé à la santé sans y être pour autant confondue.

Rappelons que la santé a été  définie comme “non pas simplement l’absence de maladie, mais un état complet de bien-être physique, mental et social”.

Quant à l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) : celle-ci a non seulement identifié le bien-être au travail comme “une composante du bien-être général, mais surtout elle distingue deux aspects dans le bien-être au travail” :

  • A) le bien-être de la personne au travail,
  • B) le bien-être du travailleur au travail (incluant la spécificité des tâches).

Regard de la psychologie

La psychologie sociale et la psychologie du travail sont deux disciplines professionnelles qui étudient les facteurs psycho-sociaux dans le but d’améliorer la relation entre l’homme et son environnement.

C’est donc dans cette optique que je vous expose quelques pratiques à mettre en oeuvre en entreprise pour que le travail soit source de bien être pour le salarié :

  • La solidarité.
  • La communication.
  • La prise en compte de l’implication cadre de vie – environnement au travail.
  • Redonner du sens aux relations managers/collaborateurs.
  • Anticiper le mal-être.
  • Limiter l’intrusion dans la vie privée (s’imposer de limiter les appels, les mails ou les sms le week-end ou pendant les vacances par exemple).
  • Le télétravail (organiser les conditions d’une activité à distance).
  • Les services (crèche, salle de sport. . .).

A ce jour

De plus, de nouvelles formes de mal être au travail apparaissent tels que, par exemple, le burn-out, ou bien le syndrome d’épuisement professionnel (état dépressif lié au milieu professionnel). Nous sommes dans un rythme de travail où performance et productivité sont les maître mots, engendrant chez la plupart des salariés toutes formes de stress, de fatigue et d’autres maux.

A la demande de François Fillon, premier ministre en 2010, l’ANACT (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) a établit une liste comprenant “10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail” pour mettre en avant le bien être et l’efficacité au travail.

En savoir plus

Léa

Léa GUILLOT
Chargée de communication à SpotPink, stagiaire. Je suis actuellement en Master 1 de psychologie, environnement et menaces sociales à Paris Descartes (5). Intéressée par un grand nombre de domaines tels que la communication, la psychologie, les arts, l’architecture. Je porte un intérêt particulier à l’apport de la psychologie sur la communication. Passionnée de voyages et d’expositions culturelles. Twitter: @leaaguillot.

(Article lu 1714 fois)

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

WordPress spam bloqué par CleanTalk.