quiz VAEN© fake news

Découvrez le dossier sur les fake news : un article + un guide + un quiz pour tester vos connaissances et obtenir votre VAEN© !

Suivez le guide et passez le quiz sur les fake news ! Vous obtiendrez peut-être votre attestation de VAEN© “fake news” du premier coup. Les ressources qui suivent s’adressent aux adultes, adolescents et enfants. Elles ont été constituées et compilées par SpotPink pour aider chacun à démasquer les infox et à devenir un expert capable de débusquer les fake news.

1) Passez le quiz (20 questions)

Votre résultat :  

Votre niveau :  

[*Voir plus bas : Mentions légales et politique de protection des données personnelles]

En préambule

Phénomène mondial à l’impact planétaire, les informations fallacieuses se diffusent et se partagent très facilement grâce à l’Internet et aux médias sociaux. Ceux-ci sont des chambres d’écho idéales pour des communautés de personnes rassemblées en raison de centres d’intérêt partagés ou de valeurs communes. Les appareils mobiles, de leur côté, simplifient l’accès et facilitent le partage en temps réel de toute nouvelle information « qui tombe ». Tandis que nos aïeux lisaient le journal avant de commenter ou débattre de l’actualité de la veille, chacun de nous peut à présent « faire l’actualité » et/ou se faire le relai d’une actualité possiblement créée de toute pièce par un parfait inconnu.

Le débat démocratique – si cher à nos politiques – est mis à mal (car désormais truqué) par l’action des pourvoyeurs d’informations mensongères sur Internet et les médias sociaux. C’est dans ce contexte que la loi contre la “manipulation de l’information” a été adoptée le 20 novembre 2019, après un parcours du combattant législatif pour l’adoption de ses deux textes très controversés.

Toute la difficulté avec les fake news réside dans le fait qu’il peut être difficile – voire impossible – de démonter les arguments des fossoyeurs de l’infox ou des adeptes d’une théorie du complot. Comment prouver, pour rétablir la vérité, qu’un fait – nul et non avenu – n’existe pas, alors même que celui-ci est diffusé, « liké » et partagé par nos relations, voire par des médias très crédibles ? Comment prouver qu’une théorie est fausse ou que quelque chose n’a pas lieu d’être (car elle n’existe pas) sans alimenter le débat, ce qui contribue par là même à faire la publicité de la fausse information ?

La vérité s’oppose parfois à la croyance lorsque Internet et les médias sociaux servent de faire-valoir d’une appartenance groupale ou de caisse de résonance à un phénomène de foule… La désinformation est finalement devenue une nouvelle arme de guerre très facile à manier avec les technologies de l’information et de la communication…

Avec l’expansion des fake news, accessibles via le canal de communication Internet, la vérification des faits (prérequis à l’exercice du métier de journaliste), devient une compétence attendue de chaque citoyen. Cependant, et puisqu’il s’agit là d’une compétence, la capacité de faire preuve de discernement s’acquiert mais aussi s’entraîne (car à défaut, elle pourrait disparaître).

Selon Gérald Bronner «  Il est toujours plus facile de croire que d’acquérir un savoir basé sur des preuves »[17]. C’est effectivement plus économique du point de vue cognitif et en cela, la paresse intellectuelle est l’une des faiblesses de la nature humaine. Mais ce n’est pas la seule !

Comme nous l’expliquons dans le dossier téléchargeable par ce lien, il existe plusieurs facteurs psychologiques qui sont susceptibles d’amener les personnes à croire en des fausses informations ou à adhérer à une non vérité (vérité habillement déformée au point de n’en être plus une).

Pourtant, les plus crédules ne sont pas pour autant des imbéciles… Bien malin est celle ou celui qui ne se fait pas prendre par une fake news, mais cela ne signifie pas qu’il faut forcément être un imbécile pour croire à une fake news ! Le cerveau fonctionne de telle manière qu’il est victime de biais cognitifs (agissant naturellement comme autant de distorsions de la perception et de la pensée), sans qu’il soit question d’une quelconque débilité. Par ailleurs, des motivations ainsi que des besoins entrent également en jeu. Selon la nature de l’exposition à l’information (voir l’effet de simple exposition décrit par Robert Zajonc), la maturité dans l’utilisation de l’Internet et des médias sociaux et aussi conformément au besoin d’appartenance (voire de conformisme) à un groupe social, l’individu le plus normal peut-être enclin à créditer une fake news.

La célèbre expérience de Solomon Asch a démontré, en 1956, l’influence du besoin de conformisme sur les décisions prises par un individu au sein d’un groupe. Par conformisme, les individus ont soutenu des réponses allant non seulement contre l’évidence, mais aussi contre leur conviction personnelle acquise au moyen de leur acuité visuelle.

Nous espérons que la lecture de ce dossier vous permettra non seulement de découvrir des pistes pour déjouer les pièges cognitifs, pour sensibiliser nos enfants aux dangers que représente la désinformation et finalement, mais aussi de contribuer à être de meilleurs modèles pour eux concernant l’usage du numérique en matière d’information.

Apprendre à repérer les infox est une compétence qui s’acquiert – quel que soit l’âge – et il s’agit là d’une responsabilité citoyenne. L’Internet et les médias sociaux ne sont pas un espace de non droit et, partager une fausse information revêt une dimension engageante (y compris pénalement), car elle participe d’une certaine défiance à l’égard des institutions politiques et médiatiques. Le partage d’une fake news peut notamment être le signe d’une appartenance à une communauté idéologique ou d’une certaine paresse de l’esprit…

[17] Université Paris Descartes. (2019). Fake news. Les fake sciences. Les cahiers de l’Université Paris Descartes, (31). Consulté sur https://cahiers.parisdescartes.fr/fake-news-fake-science-info-intox-infox

2) Découvrez le guide !

Guide VAEN fake news

Le guide est disponible sur Amazon :

Sommaire du dossier (PDF, 28 pages, 4,1Mo) :


Télécharger gratuitement le guide (sans les questions du quiz)

3) Obtenez la VAEN© (Validation des Acquis de votre Expérience Numérique) sur le sujet des fake news (infox) !

Un score de 81% minimum de bonnes réponses (niveau 1) au quiz accessible ci-dessus et ci-après est nécessaire pour obtenir votre attestation de VAEN© (Validation des Acquis de l’Expérience numérique) : connaissances et compétences pour débusquer les “Infox”.

Vous pouvez choisir de répondre au quiz avant ou après avoir lu le document intitulé “VALIDATION DES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE NUMÉRIQUE (VAEN©) – MODULE : LES FAKE NEWS, consultable et téléchargeable au format PDF sur le site de SpotPink par ce lien : https://www.spotpink.com/spotpink/wp-content/uploads/VF-VAEN-fake-news.pdf

À l’issue du quiz vous connaîtrez votre niveau de maîtrise du sujet de la désinformation et pourrez aussi découvrir les bonnes réponses aux 20 questions qui vous auront été posées (sur un set de 40 disponibles).

Si (et seulement si) vous êtes en mesure de prouver que vous avez obtenu le score Niveau 1, pour obtenir votre attestation de VAEN© – “Les fake news”, adressez-nous un courriel à contact@spotpink.com en joignant la capture d’écran du score obtenu à la fin du quiz ainsi que vos prénoms et nom. Nous vous adresserons en retour votre attestation de VAEN© pour ce module (contenant votre niveau et votre note sur 20).

Exemple de résultat obtenu à l’issue du quiz (ne permettant pas d’obtenir l’attestation de VAEN© sur les fake news) :

Exemple de résultat au quiz (Score 3 : 41 à 60% de bonnes réponses)

Il est à noter qu’une correction de toutes les réponses peut également être envoyée à quiconque aura obtenu un score 1 (preuve à fournir) à condition d’en formuler la demande.

Spécimen de l’attestation de VAEN© qui sera envoyée en cas de réussite :

Spécimen d'Attestation de VAEN© envoyée en cas de réussite

Mentions légales

SpotPink SAS au Capital de 15000 euros – 533 912 770 R.C.S. PARIS – Code NAF n° TVA Intracommunautaire FR20533912770

81 Boulevard St Michel 75005 PARIS, 09 82 45 13 78, contact@spotpink.com, https://www.spotpink.com

NDA organisme de formation : 11 75 47764 75 – Datadock a référencé SpotPink.

Numéro de déclaration CNIL de SpotPink : 1527925 v 0 – Désignation CNIL : N° DPO- 37620.

SpotPink est signataire de la charte de déontologie de l’AFCDP.

Politique de protection des données personnelles

Aucune information personnelle n’est collectée à votre insu, n’est cédée à des tiers ou n’est utilisée à des fins non prévues. Les données transmises sont absolument confidentielles.

Les informations recueillies spontanément ou au moyen de tout formulaire présent sur le site www.spotpink.com sont enregistrées dans un fichier informatisé par SpotPink pour la réponse aux demandes adressées. Ces informations ont pour seul objet le traitement individuel et personnalisé des demandes adressées spontanément par courriel ou bien par le biais du site. Les réponses sont formulées par appel téléphonique ou bien par message électronique sous la forme d’un message individualisé. Les données de contact sont conservées pendant 3 ans maximum à compter de la demande formulée ou du dernier contact, et sont exclusivement destinées au service communication.

Depuis le mois de mai 2018, la société SpotPink n’adresse plus aucune communication électronique aux lecteurs de ses blogs. La consommation de l’information s’effectue donc depuis cette date uniquement à la demande de l’internaute (l’ensemble du contenu du site étant désormais uniquement accessible au moyen de l’URL associée au nom de domaine de ce site).

Conformément à la loi « informatique et libertés » (Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés) modifiée par la loi n° 2018-493 du 20 juin 2018) et conformément au RGPD, vous pouvez à tout moment faire l’exercice de vos droits (accès, rectification, opposition, effacement) relatifs aux informations en notre possession vous concernant. Pour ce faire, vous pouvez formuler votre demande auprès de notre Data Protection Officer DPO (désignation CNIL : N° DPO- 37620) par e-mail HelloDPO@spotpink.com ou bien par courrier postal à l’adresse suivante SpotPink, 81 boulevard Saint Michel, 75005 Paris.

Quelques ressources

Ouvrages

  • Bronner, G. (2003). L’empire des croyances. Paris : PUF.
  • Bronner, G. (2013). La démocratie des crédules. Paris : PUF.
  • Bronner, G., & Krassinsky, J. P. (2018). Crédulité & rumeurs: Faire face aux théories du complot et aux fake news. France: Le Lombard.
  • Cordier, A. (2015). Grandir connectés: les adolescents et la recherche d’information. Caen, France: C & F Éditions.
  • Dagnaud, M. (2013). Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion. Paris, France: Presses de sciences Po.
  • Froissart, P. (2010). La rumeur. Histoires et fantasmes. Paris, France.
  • Huyghe, FB (2018). Fake News – La grande peur. Paris : VA.
  • Jehel, S. (2011). Parents ou médias, qui éduque les préadolescents ? Enquête sur leurs pratiques TV, jeux vidéo, radio, Internet Toulouse, Éditions Érès.

Articles et sites

Revues

Vidéos

Il n’y a pas d’âge pour apprendre à débusquer les infox !

(Article lu 39 fois)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.