[Dossier] De l’éthique, des TIC et des TOCs

Quand les TIC sont mises au service soit de l’éthique, soit des TOCs… 

L’homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique”.
Albert Einstein

[Avertissement]
Il n’est pas question ici de remettre en cause l’intérêt des Technologies de l’Information et de la Communication qui, appliquées au monde professionnel ou à la sphère personnelle, peuvent présenter de nombreux avantages, dont certains sont cités ci-après

  1. Un accès amélioré à l’information et donc à la connaissance. 
  2. Une plus grande autonomie accordée pour l’organisation de son travail et le choix des conditions d’exercice de celui-ci. 
  3. La facilitation du travail collaboratif. 
  4. Une augmentation de la réactivité. 
  5. Une meilleure productivité pour l’accomplissement de certaines tâches. 
  6. Etc.

Sans chercher à diaboliser les TIC*, ce dossier se propose d’évoquer les inconvénients potentiels de l’utilisation des TIC dans le cadre du travail, et aussi l’impact négatif que les TIC peuvent avoir sur la vie quotidienne d’une façon plus générale.  
Nous nous intéresserons ici aux dangers et aux facteurs de risque inhérents aux activités numériques, avant d’envisager les pratiques éthiques et la responsabilité de chaque partie puis, les actions préventives et curatives envisageables. 

Vous pouvez lire l’intégralité de ce dossier ci-dessous (103 071 signes), ou bien l’acheter pour le télécharger au format .PDF interactif (43 pages, 12,1 Mo) pour prendre le temps de lire et le conserver :


Caractéristiques du document : Téléchargement en ligne après paiement via Paypal ou par carte bleue) au prix de 16,66€ HT – 19,99€ TTC.
Auteures : Carole Blancot & Vanessa Caupenne
Sommaire :

Sommaire du dossier_Ethique_TIC_TOCs_VF

Ajout du 13/12/2018 :

Ecouter le podcast.

Ajout du 16/11/2018 :

Limiter l’utilisation des réseaux sociaux améliore le bien-être

Une étude récente s’intéressant à la relation entre l’usage des réseaux sociaux et le bien-être individuel a été menée par une équipe de psychologues de l’Université de Pennsylvanie (Hunt, Marx, Lipson et Young) et les résultats ont été publiés en novembre 2018. A travers cette expérimentation, ces auteurs ont montré que limiter le temps passé sur les réseaux sociaux permet de diminuer le sentiment de solitude et les symptômes dépressifs des utilisateurs.

Source : Hunt, M. G., Marx, R., Lipson, C., & Young, J. (2018). No More FOMO: Limiting Social Media Decreases Loneliness and Depression. Journal of Social and Clinical Psychology, 751-768.

Hunt, M. G., Marx, R., Lipson, C., & Young, J. (2018). No More FOMO: Limiting Social Media Decreases Loneliness and Depression. Journal of Social and Clinical Psychology, 751-768.

Les étudiants participant à l’étude ont été répartis en deux groupes, selon leur utilisation de trois plateformes de réseaux sociaux – Facebook, Snapchat et Instagram. Ainsi, pendant les quatre semaines de l’étude, il était demandé aux sujets du premier groupe (groupe contrôle) de conserver leur usage habituel de ces réseaux, tandis que les individus du second groupe devaient limiter le temps passé sur chacune des plateformes à 10 minutes par jour – soit un total de 30 minutes par jour. Chaque semaine, les sujets des deux groupes remplissaient un questionnaire mesurant leur bien-être à travers diverses dimensions, la première semaine de l’étude a servi de point de référence.

Le bien-être a été mesuré par sept facteurs ayant chacun leur propre échelle :

  • Le soutien social qui mesurait l’accessibilité des sujets à ce facteur de bien-être.
  • Le FoMO (Fear of Missing Out) qui mesurait la détresse liée au manque d’expériences sociales.
  • La solitude afin d’évaluer la perception d’isolement social par les participants.
  • L’anxiété et ses symptômes associés.
  • La dépression et ses symptômes associés (Inventaire de Dépression de Beck ; Beck, Steer, & Brown, 1996).
  • Le niveau d’estime de soi rapporté par chaque participant.
  • Le degré d’autonomie et d’auto-affirmation des sujets était également déterminé.

Au terme des quatre semaines, les individus ayant limité leur utilisation des réseaux sociaux ont vu leur sentiment de solitude et leurs symptômes dépressifs diminuer, comparativement aux sujets ayant conservé leur usage habituel.

Par ailleurs, l’anxiété et le FoMO de l’ensemble des participants – qu’ils aient limité ou non leur usage des réseaux sociaux – baisse également par rapport à la première semaine. Ces résultats permettent de mettre en évidence l’effet bénéfique que peut avoir une auto-surveillance par les intéressés de leur usage de Facebook, Snapchat et Instagram.

En conclusion, les auteurs soulignent qu’une utilisation des réseaux sociaux à hauteur de 30 minutes par jour environ peut mener à une amélioration notable du bien-être.

Le saviez-vous ?

  • 71,1% des salariés avaient un usage professionnel des outils numériques en 2013.(20) 
  • 13,4% des salariés Français réalisaient quasi exclusivement leur travail sur un équipement informatique, une messagerie, un réseau (7 heures ou plus d’utilisation par jour) en 2013.(20) 
  • En 2018, 67% des Français se déclarent dépendants des outils numériques.(27)
  • La fragmentation des tâches (devoir s’interrompre pour réaliser une tâche non prévue) et le sentiment de surcharge cognitive (penser à trop de choses à la fois) sont fortement corrélés à un usage quotidien des outils numériques, et ce d’autant plus que le temps passé devant un ordinateur augmente.(20)
  • Les salariés ayant un usage sédentaire des outils numériques entre 3 et 7 heures par jour et plus de 7 heures par jour, déclarent plus souvent que les utilisateurs peu intensifs, avoir une quantité de travail excessive et un temps insuffisant pour réaliser leur travail.(20)
  • Entre 5 et 10% de la population française souffre du SICEM* (Syndrome d’Intolérance aux Champs Électromagnétiques).(13)
  • Plus d’un Français sur deux est confronté au « mal-dormir ».(16) 
  • En 2010, les adolescents Américains passent en moyenne 8,5 heures par jour à interagir avec les appareils numériques.(15)
  • 93% des enfants et adolescents de 9 à 16 ans ont accès à Internet et 83% d’entre eux jouent à des jeux sur ordinateur.(2)
  • 12% des nouveau-nés disposent déjà d’une adresse e-mail en Espagne, 7% en France. Au niveau international, 5% de ces bébés ont leur profil sur Facebook.(2)
  • 74% des enfants Français de moins de 2 ans sont en ligne par l’intermédiaire de leurs photos ou de leurs profils sur les réseaux sociaux.(2)

Introduction

Quand les TIC sont mises au service soit de l’éthique, soit des TOCs…

L‘omniprésence numérique dans la vie des Français, que celle-ci soit professionnelle ou personnelle, présente des dangers et peut occasionner des risques pour la santé (physique et/ou mentale). C’est ce que ce dossier s’efforcera de démontrer et d’illustrer.
À l’heure où les modèles scientifiquement validés d’explication de cause à effet font encore défaut et où les statistiques descriptives des effets indésirables en la matière doivent encore être complétées d’analyses longitudinales, la croyance supplante la connaissance et la précaution s’applique. Cet état de fait rend cependant les mesures de prévention délicates à décider et à mettre en œuvre. De même, l’efficacité de ces méthodes est encore incertaine, tant la prévention individuelle semble être dans de nombreux cas le choix par défaut dès lors que la protection collective est impossible ou insuffisante.
Les conséquences néfastes de l’hyperconnectivité ne sont pas totalement inconnues pour les individus puisque 72% des Français pensent qu’il serait bénéfique pour leur santé de limiter les usages numériques. Cependant, ceux-ci ne semblent pas être réellement informés des bienfaits potentiels d’une régulation desdites pratiques.
L’utilisation excessive des TIC (qu’elle soit ponctuelle ou qu’elle consiste en un phénomène plus durable) peut concerner tout le monde, les enfants et les adolescents mais aussi les individus qui dépendent des technologies pour exercer leur profession. En 2013, 71,1% des salariés utilisent un matériel informatique et/ou un réseau à des fins professionnelles contre 59,7% de salariés en 2005(23).
Dès lors, quels sont les dangers* et/ou les risques* physiologiques et/ou psychologiques liés à des pratiques excessives ou inadaptées ? C’est ce que nous analyserons dans une première partie : elle s’articulera autour du danger des ondes électromagnétiques ainsi que des dangers et risques de l’hyperconnectivité (avec comme conséquences le manque de sommeil et l’augmentation du stress notamment). Les usages excessifs et/ou inadaptés seront évoqués, et un focus sera fait sur le cas des enfants et des adolescents. Dans la seconde partie, nous traiterons des responsabilités et de l’éthique comme concepts clés, puis nous exposerons des solutions envisageables d’ordre préventives et curatives.

 L’addiction devient pathologique à partir du moment où le sujet commence à se rendre compte que, lorsqu’il veut arrêter, il ne plus en finir seul.”
Claude Allard(2)[1]

Des dangers et des risques physiologiques et/ou psychologiques associés à des usages excessifs ou inadaptés

Risques associés à des usages excessifsRisques associés à des usages excessifs

Dangers et risques associés à des usages excessifs du numérique dans la sphère personnelle et/ou professionnelle

Dans l’infographie ci-dessus les dangers sont schématiquement matérialisés dans les rectangles, et les risques (atteintes physiques ou psychologiques) le sont dans les cercles.
Ces dangers, s’ils ne sont pas évités, sont des facteurs de risques susceptibles d’impacter négativement la vie personnelle (familiale, conjugale), la vie sociale et la vie professionnelle. Le risque principal étant celui d’une diminution du niveau de bien-être, et les risques associés pouvant aller jusqu’à une atteinte portée à la santé physique et/ou psychologique.

Le danger des ondes électromagnétiques pour la santé

Au delà des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités numériques (par exemple l’envoi d’e-mails et le stockage d’octets – photos, SMS, MMS – qui sont consommateurs de CO2), les TIC peuvent représenter un autre danger pour la santé : la production d’ondes électromagnétiques.
La pollution électromagnétique est l’une des formes de pollution environnementale des TIC.
Le développement des technologies sans fil et du téléphone mobile a produit une nouvelle pathologie environnementale : l’hyper-électrosensibilité. En 2005, l’OMS a nommé cette pathologie HSEM (HyperSensibilité ElectroMagnétique).
Par ailleurs, McCarty et al. en 2011(25) ont exposé un lien entre les champs électromagnétiques et l’électrosensibilité. Entre 5 et 10% de la population française souffrirait de ce syndrome neurologique et ce, lorsqu’elle est soumise à des radiofréquences et hyperfréquences.(14)
Nous retrouvons ces facteurs déclencheurs dans de nombreux outils de la vie quotidienne tels que les micro-ondes ou encore les téléphones portables. Les patients concernés, exposés à de fortes ou même à de faibles sources électromagnétiques présentent de nombreux symptômes.
Christine Campagnac (Directrice d’un hôpital) les a répertoriés en 3 phases (Magazine Biocontact n°257 – mai 2015) :

  • Une phase d’induction au cours de laquelle apparaît une symptomatologie neurologique (les personnes se plaignant notamment de maux de tête). 

  • Une phase d’état caractérisée par l’insomnie, une fatigue chronique ou d’autres symptômes appartenant au spectre dépressif. 
  • Une phase évolutive au cours de laquelle apparaissent progressivement des lésions organiques pouvant aller jusqu’à un état de démence proche d’une maladie d’Alzheimer chez un sujet jeune (avec le caractère irréversible de ces lésions comme risque ultime). 

Afin d’illustrer ce phénomène, présentons un patient dont nous garderons l’anonymat pour des raisons évidentes. Chez celui-ci un SICEM a été diagnostiqué en 2015 par le Professeur Dominique Belpomme après de nombreux examens réalisés par le patient au cours des années précédentes.
Celui-ci avait en effet préalablement consulté une multitude de médecins aux spécialités diverses (médecin généraliste pour l’expression du trouble initial, médecin ORL pour les vertiges et les acouphènes supposés provenir d’un trouble associé à l’oreille interne, etc.). Grâce à un encéphaloscan réalisé en avril 2015 (examen donnant une image de l’irrigation artérielle des zones des deux hémisphères du cerveau en mesurant les pulsations dans le cerveau pour déterminer une éventuelle sensibilité aux ondes) un déficit de vascularisation cérébrale a été confirmé par le Professeur Dominique Belpomme. Sur les recommandations de ce médecin, ce patient s’est mis à l’abri d’un maximum de sources électromagnétiques (y compris de faible intensité) afin d’éviter qu’il s’ensuive une détérioration cérébrale sévère.
Ce patient que nous avons interrogé a affirmé que sa santé physique avait bénéficié de son changement de cadre de vie et de l’adoption de nouveaux comportements (tels que l’achat et l’utilisation de l’appareil présenté ci-contre). Cela a impliqué effectivement un changement d’attitude et de comportement vis-à-vis des sources de danger afin de minimiser le risque d’atteinte à sa santé physique et mentale.

[NDLR : président de l’ARTAC, Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse, le Professeur Dominique Belpomme fait l’objet d’une plainte du Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) pour d’éventuels manquements à la déontologie après qu’il a émis des certificats médicaux de “contre-indication à la pose” du nouveau compteur Linky.]
Electrosmog meter SICEM

Ce type d’appareil a été conçu pour permettre à tous, spécialistes ou non, d’effectuer une évaluation complète, rapide et fiable de l’environnement électromagnétique dans les espaces de vie intérieurs ou sur les lieux de travail afin de pouvoir mieux déterminer les valeurs limites à ne pas dépasser et les valeurs de précaution à respecter sur le plan sanitaire.

Les dangers et les risques liés à l’hyperconnectivité (usages excessifs)

Sur-sollicitation*, multitâche, hyperconnectivité et interruptions

L’hyperconnectivité touche une partie de la population ; elle peut être associée à des activités qui relèvent de la sphère professionnelle et/ou de la vie personnelle. Lorsque l’usage professionnel des outils informatiques, messagerie, réseaux est intensive et dépasse 7 heures par jour, cette charge mentale de travail importante est associée à un sentiment de pression (nécessité de se dépêcher de finir son travail) et d’une qualité de travail amoindrie (faire une opération trop rapidement alors qu’elle demande plus de soin).(23)
La DARES distingue 5 types d’utilisateurs des TIC selon le type d’outil informatique dont ils sont équipés et leur utilisation(23) :

  • Les utilisateurs non connectés 
  • Les utilisateurs mobiles (utilisant au moins 2 outils de mobilité parmi ceux-ci : ordinateur portable, téléphone portable professionnel, accès distant à la messagerie professionnelle et au réseau d’entreprise) 
  • Les utilisateurs connectés peu intensifs* (moins de 3 heures par jour). 
  • Les utilisateurs connectés modérés* (entre 3 et 7 heures par jour). 
  • Les utilisateurs connectés intensifs* (7 heures ou plus par jour).

Certains chercheurs s’intéressent actuellement à l’impact du multitâche sur nos performances cognitives. De nombreuses conséquences ont été établies et le niveau de performance des intéressés est mis en cause.
Réaliser plusieurs tâches simultanément nous amène à surestimer notre performance, tandis qu’au contraire celle-ci baisse par rapport à la performance associée à une activité mono-tâche. C’est-à-dire que la perception de la qualité de notre travail ne sera pas objective et que l’on se contentera du niveau du travail produit en pensant que le multitâche n’aura pas eu d’impact sur notre performance. L’exposition aux notifications de réception d’e-mails catégorisés comme étant “urgents” nous contraint à ajouter mentalement des éléments à notre “to-do list” tout en nous déconcentrant. Or, lorsque nous lisons, écrivons et téléphonons en même temps, notre cerveau doit alterner entre deux activités. Par exemple, nous sommes en ligne avec un interlocuteur et à la fois, nous écrivons un début d’e-mail. La chose suivante va se produire : nous  allons occulter ce que la personne qui est au bout du fil est en train de nous dire. En effet, ces deux activités reposant sur les mêmes réseaux du cerveau (écrire un e-mail et répondre au téléphone), c’est le réseau du langage qui sera sollicité dans ces deux cas. Par conséquent, cette zone sera saturée et l’une des deux tâches en pâtira.
Même si les outils numériques nous font gagner du temps en terme d’administration, nous permettent de prendre en charge de nouvelles missions et de monter en compétences, la charge et le rythme de travail sont amplifiés car un ajout de tâches périphériques en découle. Le multitâche peut donc potentiellement occasionner une surcharge cognitive* mais aussi augmenter la probabilité de commettre des erreurs.
Pour illustrer le phénomène de la sur-sollicitation, évoquons une expérience réalisée par Stéphane Buffat (médecin militaire et chercheur)(36) sur un pilote. Lors d’une simulation, le pilote est soumis à plusieurs pannes simultanées et il doit déterminer laquelle traiter selon lui en priorité. Les résultats ont indiqué que le choix du sujet s’est porté sur le danger le plus immédiat. Cependant, des erreurs ont eu lieu, erreurs qu’il n’aurait pas commises s’il n’avait pas fait l’objet d’une sur-sollicitation associée à un niveau élevé d’urgence.
En effet, il faut en moyenne 64 secondes pour reprendre le fil de sa pensée après une interruption par la réception de messages (ci-dessus, par un message indiquant des pannes simultanées), d’e-mails ou d’appels téléphoniques. Les interruptions et la déconcentration qui en résulte augmentent le sentiment de ne pas avoir le temps ou les moyens de faire ce qui est attendu.

Déconcentration et blurring*

La chercheuse en neurosciences Aurélie Bider-Caulet(36) étudie les différents types d’attention : l’attention sélective (qui élimine les bruits inutiles de notre environnement) et l’attention soutenue (qui nous permet de rester attentif plusieurs minutes ou plusieurs heures consécutives). Une expérience a été réalisée au cours de laquelle la chercheuse mesure l’activité du cerveau d’un sujet dans une situation de double tâche afin de voir s’il est possible de réaliser simultanément deux activités (conduire et être au téléphone).Les résultats ont mis en lumière que lorsque deux tâches sont à réaliser, celles-ci entrent en conflit dans notre cerveau dès lors qu’elles utilisent le même réseau de neurones (écrire un e-mail et répondre au téléphone par exemple). L’expérience révèle qu’en raison d’une baisse de la vigilance, les personnes concernées sont moins attentives à ce qu’elles font dans ce type de situation.
Avec cet exemple on peut mesurer le potentiel de déconcentration des écrans et des notifications (personnelles et/ou professionnelles) et son impact sur les facultés d’un individu.
Nous pouvons lier ce concept de sur-sollicitation au blurring*, où nous attendons des e-mails, des SMS et/ou des notifications professionnelles comme des stimulus alimentant notre sentiment d’utilité voire d’importance.
Le blurring consiste :

  • d’une part, en un télétravail “gris” lorsque le salarié est amené à travailler en dehors de son temps de travail (insertion de tâches relevant de la vie professionnelle dans la sphère personnelle), 
  • et/ou d’autre part, en la réalisation de tâches relevant de la sphère personnelle au cours de l’exercice du travail (réponse aux communications personnelles pendant le travail reçues via Facebook, par SMS, appel téléphonique) lorsque l’appareil mobile personnel n’est pas neutralisé au travail.

Les frontières spatio-temporelles et mentales (entre les deux sphères) n’étant plus clairement établies, la conciliation de la vie personnelle et professionnelle s’en trouve complexifiée. Les salariés mobiles déclarent d’ailleurs que l’équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée est impacté par les TIC(23).
C’est le cas de Matthieu Pédelahore(36), responsable infogérance production et Cloud, qui doit pourvoir être joint 24/24h et ce, même la nuit. Ce monsieur est une victime du blurring puisque le clivage entre ses temps de travail et les moments de sa vie personnelle est devenu impossible. Sur-sollicité et noyé sous la surcharge informationnelle issue des outils numériques, il a expérimenté le burnout*. Or, d’après un sondage réalisé par IFOP pour Sécurex en 2017, l’accès permanent des cadres (34% d’entre eux) à leurs outils numériques est perçu comme une source d’agacement pour leurs proches.
Toutefois, il est possible d’arriver à gérer cette hyperconnectivité en acquérant une nouvelle compétence ‘savoir se déconnecter’ ou bien en développant la faculté de compartimenter son attention.
Joubin Rahimi(36) un chef d’entreprise a réussi à développer cette faculté à l’aide du jeu d’échec. D’après lui, “il est possible d’oublier le monde extérieur quand l’on est concentré sur quelque chose”. Par exemple, il lui est arrivé lors d’un entraînement d’un jeu d’échec de jouer au milieu d’un stade de foot dans lequel deux équipes s’affrontaient. Les footballeurs devaient jouer le plus près possible des joueurs d’échec dans le but de les déconcentrer. Cette expérience lui a appris à focaliser son attention sur une tâche dans un environnement bruyant (sonneries de téléphone, bruits d’aéroport). Ce monsieur expose l’idée qu’il ne faut pas réagir en permanence à toutes les sollicitations : “il faut un temps bien précis pour s’en occuper, il faut par exemple se dire que l’on a une heure pour traiter les informations dans tel ou tel domaine”. Cela nous permet d’augmenter notre seuil de résistance à l’infobésité*, de limiter le risque de nous laisser dépasser et d’y faire face de la manière la plus adéquate.

Un risque de technostress*

L’hyperconnectivité se traduit également par une utilisation excessive des appareils mobiles. Néanmoins, pour une partie de la population, cette hyperconnectivité n’est pas volontaire, nous parlerons ici des salariés et plus spécifiquement des cadres. En effet, comme nous l’avons évoqué dans l’introduction, 71,1% des salariés ont un usage professionnel des outils numériques. En outre, parmi ces salariés, 92,3% sont des cadres utilisant Internet à des fins professionnelles(23). Cette CSP peut être sollicitée via des e-mails ou des appels téléphoniques en dehors de son temps de travail. Cette situation peut engendrer un état de stress jusqu’à l’épuisement professionnel.
Dans le cortège des symptômes liés au vécu de stress figurent l’anxiété, l’irritabilité, les troubles du sommeil, de l’alimentation, de la libido, etc. susceptibles d’impacter à leur tour la vie familiale, sociale et intime.
Stephany Lesaint (une ex responsable export)(36) a subi cette dynamique de travail et a expérimenté l’hyperconnectivité sur une longue durée avec des effets néfastes sur sa vie personnelle. Elle se réveillait la nuit pour répondre à des e-mails avec des destinataires basés en Chine ou en Inde. Elle avait l’impression que la survie de l’entreprise qui l’employait dépendait de son action. 
Elle explique que l’hyper-investissement de son travail l’a conduite à “oublier complètement sa vie”. Elle a finalement décidé de changer de profession à la suite d’une remarque formulée par sa fille “Maman tu ne fais que crier, tu es vraiment trop méchante, il faut te faire opérer !”, appuyant l’idée que Stephany était devenue stressée et irritable à cause de ce workaholisme*.
Intéressons-nous à un type de salarié précis : le salarié utilisant des outils numériques mobiles (ordinateurs portables, téléphones mobiles) qui est soumis a une quantité excessive de travail (40 heures par semaine)(23) et qui effectue régulièrement des heures supplémentaires. En effet, pour les travailleurs combinant charge de travail et pression temporelle (présence d’une date butoir), les TIC peuvent amplifier les facteurs de risques psychosociaux*. L’hyperconnectivité est un danger susceptible d’engendrer du technostress*, de la dépendance, des troubles du sommeil voire de l’épuisement (que nous évoquerons plus bas). Dès lors, les salariés se retrouvent non plus servis par les outils numériques mais asservis par eux (voir(40)).
Ce technostress (tel que ressenti par Stephany Lesaint) peut lui-même engendrer des troubles du sommeil et conduire à l’épuisement. En effet, si le salarié n’a pas pu finaliser ses tâches professionnelles, il peut avoir à les accomplir chez lui et être amené à utiliser un écran avant de dormir et/ou dès le réveil pour des raisons professionnelles.

Comme le dit Jacques Dutronc, “l’ordinateur est un hypnotique. Les gens dorment devant l’écran. Ils sont fascinés comme des papillons face à une lampe. Ils se grillent sous l’abat-jour.” 

Le risque de sommeil insuffisant ou de mauvaise qualité

Nous pouvons mettre en lien les troubles de l’alternance veille-sommeil tels que décrits dans le DSM-5 (Manuel diagnostique statistique des troubles mentaux)(3), en formulant l’hypothèse que l’hyperconnectivité contribue au manque de sommeil et prédispose à des troubles du sommeil.
D’après ce manuel, entrent dans les troubles de l’alternance veille-sommeil, l’insomnie et notamment “l’insomnie d’endormissement” qui se caractérise par des difficultés d’endormissement ainsi que “le sommeil non-réparateur” (en dépit d’un nombre d’heures de sommeil considéré comme suffisant). Or, l’insuffisance de repos du corps et de l’esprit est préjudiciable pour la santé physique et mentale. Effectivement, les Français associent le manque de sommeil à trois grands types de risques(6) :

  • Le risque physique : l’accident de voiture (90%), les maladies graves (69%), la prise de poids (62%), 
  • Le risque social et professionnel : l’échec scolaire (82%), le risque de perdre son travail (62%), le risque de divorce (38%), 
  • Le risque psychique : dépression, suicide (72%).

La privation ou l’insuffisance de sommeil perturbe notre corps, notre esprit et notre comportement de façon relativement semblable au stress : irritabilité, affects négatifs et de l’anxiété, etc. C’est sans doute pour cette raison que le législateur a introduit dans le code du travail la notion de temps de repos minimum quotidien et hebdomadaire avec la La Loi travail dite Loi El Khomri (n°2016-1088 du 8 août 2016). Cette loi a fait entrer l’exercice d’un droit à la déconnexion* dans le code du travail français tout en confirmant l’obligation générale de sécurité qui incombe à l’employeur par les articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail par lesquels celui-ci est tenu d’évaluer les risques, y compris psychosociaux, et de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariésCette obligation générale repose sur une approche globale de la prévention des risques professionnels*.
Supplémentairement, les employeurs sont dorénavant tenus depuis le 1er janvier 2017 d’adopter de mesures visant à :

  • assurer le respect des temps de repos et de congés,
  • assurer l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, 
  • ainsi qu’à négocier un droit d’expression directe et collective des salariés notamment au moyen des outils numériques disponibles dans l’entreprise.

Plusieurs études ont démontré que lorsqu’un individu ne dort pas assez (moins de 8,5 heures par jour), il ressentira plus d’affects négatifs et se sentira plus anxieux(34). Egalement, le temps de réaction est plus lent et le niveau de stress plus fort chez une personne n’ayant pas eu assez de sommeil(27). Ce phénomène est expliqué par la production plus forte de Cortisol (hormone stéroïde) qui est générée lorsque qu’une personne ne dort pas suffisamment(27) provoquant un niveau de stress plus important. En outre, ce n’est pas l’écran a proprement parlé qui pose problème mais la lumière bleue que celui-ci produit. Effectivement, notre horloge biologique se synchronise grâce à la lumière de l’environnement naturel. Lorsque notre horloge interne ne capte plus de lumière, une production de mélatonine par la glande pinéale a lieu. Cette action permet au cerveau de comprendre qu’il est possible pour lui d’enclencher une phase d’endormissement. Ainsi, lorsqu’un individu utilise un écran avant de dormir, la lumière bleue perturbe son cerveau car elle bloque la production de mélatonine, ce qui perturbe ensuite le cycle jour/nuit.

Les dangers et les risques liés à des usages inadaptés

Bad Buzz

L’entreprise peut subir les conséquences d’usages inadaptés des TIC de la part de ses salariés et notamment faire l’objet d’un Bad Buzz(5) (phénomène de « bouche à oreille » négatif qui se déclenche généralement sur Internet avant de se prolonger éventuellement sur d’autres médias (Source Définitions Marketing). En effet, 82% des internautes font partie d’un réseau social(5).
A travers les médias du grand public, les marques peuvent interagir entre elles, leurs clients faire valoir leurs avis négatifs, et leurs salariés provoquer des situations délicates en divulguant des informations confidentielles ou fausses.

L’affaire “Geenpeace VS Nestlé” par exemple a été un cas largement repris et analysé. L’organisation Greenpeace (défenseure de l’environnement) a publiquement attaqué le groupe Nestlé au sujet de son utilisation de l’huile de palme (qui entraîne la déforestation de milliers d’hectares) pour produire ses barres chocolatées KitKat. C’est à travers une vidéo YouTube, une attaque sur la page Facebook de Nestlé et surtout, à travers un message de contestation appuyé par des preuves et des avis d’experts, qu’une réaction du grand public a été enclenchée. Par la suite, avec les réponses qui ont alimenté ce Bad Buzz, Nestlé a produit une longue communication de crise sur Internet.

Au delà du risque pour l’image, ce type de phénomène peut sévèrement pénaliser la performance financière de l’entreprise.

Selfie, régression au stade du miroir

Le selfie est une pratique à laquelle beaucoup d’individus s’adonnent (61% d’après SurveyMonkey). Il s’agit d’une image auto-générée et auto-sélectionnée dont la vocation est d’être immédiatement distribuée à d’autres via les réseaux sociaux(37). C’est partager sa propre image avec ses pairs dans le but de recevoir des évaluations positives. 
Comme nous allons le voir, le selfie se présente dans certains cas comme un usage inadapté des TIC qui peut l’être pour soi et/ou l’être du point de vue des autres.
Les résultats d’une étude réalisée en 2016(37) montrent que les adolescents ont recours au selfie pendant leur temps libre afin de se divertir. En effet, lorsqu’ils s’ennuient, les adolescents utilisent cette pratique comme un loisir (“Je m’ennuyais. Donc pourquoi ne pas prendre des photos de moi?” homme, 17 ans). Au moyen du selfie, ils peuvent s’exprimer (“Le selfie me permet de m’exprimer” – femme de 19 ans) et conserver un souvenir («J’aime me rappeler à quoi je ressemblais il y a des mois, voire des années, le selfie me permet de retourner dans le temps» – femme, 20 ans).
Cette même étude a indiqué également que cette pratique fonctionne comme un miroir où les réactions des observateurs procurent un sentiment d’approbation (“Je me sens bien parce que je sens que mes amis font attention à moi, me portent de l’intérêt et disent de bonnes choses sur moi.» femme, 18 ans). Si l’évaluation du spectateur est positive, l’acteur du selfie aura des affects positifs. A contrario, si le selfie engendre des réactions négatives, la personne concernée éprouvera des affects négatifs (“Si l’un de mes amis me fait des commentaires négatifs, je supprime immédiatement mon selfie.” homme, 17 ans). Le fait de supprimer un selfie face à une réponse négative montre le rôle d’autrui sur l’image de soi, et tout ceci rappelle que notre identité se construit aussi à travers le regard des autres…
Du reste, le recours aux selfies, à très haute dose pourrait avoir des conséquences négatives sur l’individu… 
L’acteur poste son selfie sur les réseaux sociaux dans l’attente d’obtenir toujours plus de “likes” et de “followers“. Il s’agit là d’un mécanisme de réassurance narcissique.
D’après le DSM-5(3), un individu dont la personnalité présente une faille narcissique est très facilement blessé par la critique ou l’échec. Si un selfie engendre des réactions négatives le mécanisme de réassurance est inopérant et la blessure narcissique réactivée. Même si les individus concernés n’en laissent rien paraître, ils peuvent être obsédés par les critiques reçues qui les humilient, dégradent l’image d’eux-mêmes voire procurent un sentiment d’annihilation de soi. En effet, ils présupposent que les autres auront le même intérêt qu’eux à l’égard dudit selfie et lorsque ce n’est pas le cas, ils s’étonnent que les louanges attendues fassent défaut. 
Pour aller plus loin, illustrons cette idée par les résultats d’une autre étude parue en 2016(24). Ceux-ci démontrent que le narcissisme dans ses comportements grandioses est associé à la prise et à la publication de plus de selfies et surtout de selfies individuels (en opposition aux selfies de groupe). Cette pratique semble être en partie une stratégie de renforcement du soi (se présenter sous son meilleur jour pour éprouver des affects positifs, et conforter l’estime de soi par le regard des autres).
Cependant, la présence des traits de personnalité narcissiques observés notamment chez les adolescents (dont l’image de soi achève de se construire), n’implique pas que l’individu présentera plus tard une personnalité narcissique.
Le selfie est une pratique qui peut être inadaptée lorsqu’il s’agit de construire ou conforter une représentation de soi factice dans le sens où elle repose sur des interactions virtuelles par écrans interposés, et que se créé alors un clivage entre le moi fantasmé et le moi réel.

TOCs & nomophobie*

Dans le DSM-5(3), les obsessions et les compulsions (actes irrépressibles) relevant du TOC (Trouble Obsessionnel-Compulsif) se définissent par des comportements répétitifs (comme se laver les mains ou réaliser des actes mentaux tel que compter) que le sujet se sent poussé à accomplir en réponse à une obsession ou selon certaines règles (rituels) qui doivent être appliquées de manière inflexible. Les comportements ou actes mentaux sont destinés à diminuer l’anxiété ou neutraliser le sentiment de détresse, ou encore à empêcher la survenue d’un événement ou d’une situation redoutée. 

Comme nous pouvons le voir dans la vidéo ci-dessous, les deux femmes présentées produisent ces types de comportement avec leurs téléphones portables qui semblent jouer le rôle d’un objet contraphobique. L’une ne peut s’empêcher de regarder son téléphone en permanence, allant même jusqu’à dormir la main posée dessus. L’autre, possède plusieurs téléphones avec de multiples lignes et chargeurs afin de ne pas expérimenter la situation tant redoutée : se trouver en danger sans moyen de communication.

Téléphone au volant et en voiture

Le téléphone portable est utilisé dans de nombreuses situations : au travail pour passer un appel professionnel, chez soi pour accéder aux réseaux sociaux, et parfois même au volant d’une voiture. 38% des automobilistes téléphonent au volant, avec ou sans kit mains libres(4) en dépit du fait que conduire en utilisant un téléphone est interdit par le Code de la route (R412-6-1) et ce, même avec des oreillettes depuis le 1er Juillet 2015(22). Il s’agit d’une infraction sanctionnée d’un PV et d’une amende de 135€ assortie de la perte de 3 points sur le permis. 

Une étude a démontré que conduire avec un téléphone portable nous rend inattentif et ignorant de ce qu’il se passe devant et autour de nous. Notre attention est détournée de la route et de ce qui s’y passe au profit de la conversation téléphonique. Il a également été établi qu’utiliser notre téléphone portable avec un kit mains libres agit sur la mémoire : nous oublions les panneaux et les mots qu’ils contiennent. Ainsi, une information importante affichée sur l’autoroute ou l’indication d’un panneau peut être non seulement ignorée mais n’est en plus pas mémorisée lorsque nous utilisons notre téléphone portable au volant. 

L’utilisation du téléphone dans la voiture pose un autre problème : la production d’ondes électromagnétiques. Le Criirem (Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements EletcroMagnétiques) a permis, à l’aide d’une sonde isotropique, de calculer la puissance des ondes au niveau de l’oreille. Elle serait quasiment multipliée par deux passant de 5,6 à 10 volts par mètre(41) à l’intérieur de la voiture lorsqu’un appel est passé. Ce phénomène se défini par la “cage de Faraday” où la voiture (la cage) va être isolée de tout champ électrique ou électromagnétique. Inversement, les ondes produites à l’intérieur ne peuvent pas s’échapper. Dès lors, toujours selon le Criirem, une voiture serait étanche aux champs électromagnétiques, rendant les ondes plus puissantes et plus nocives pour l’oreille.
Effectivement, des médecins et des organismes de santé s’accordent sur deux dangers liés aux téléphones portables lorsqu’ils sont utilisés dans des lieux exigus et étanches aux champs électromagnétiques : 

  • la surpuissance des ondes qui peuvent entraîner une dégradation accélérée de l’ouïe et, 
  • l’apparition sur le long terme de cancers (en cas de forte exposition).

Signaux fantômes

Des hallucinations auditives et/ou sensorielles (vibrations fantômes) peuvent résulter de l’utilisation excessive du téléphone portable. En effet, avoir l’impression d’entendre notre téléphone émettre la sonnerie d’un appel ou d’une notification n’est pas rare pour les personnes concernées. 

Dans une étude américaine(35) 50% de l’échantillon (408 citoyens américains) déclare avoir déjà fait l’expérience d’une forme de “signal fantôme de téléphone” au moins une fois par semaine, et 63% d’entre eux au moins une fois par mois. D’autres résultats, de cette même étude, ont montré que l’intensité de l’utilisation du téléphone, l’usage excessif auto-déclaré et la dépendance au téléphone sont positivement corrélés à l’apparition de “signaux fantômes de téléphone”.

Les TIC, les enfants et les adolescents

Le cas des enfants

L’ère numérique est aussi celle de nos enfants puisque 90% d’entre eux disposent aujourd’hui de toute une panoplie d’objets numériques(2). Ils évoluent dans ce monde au moyen des téléphones portables des parents, regardent des dessins-animés à la télévision ou encore utilisent les jeux vidéo (en ligne ou sur console) dont ils disposent pour leur divertissement. Eux aussi doivent apprendre à gérer ce flux d’informations et à travailler la qualité de leur attention, faute de quoi ils pourraient être exposés aux mêmes dangers que leurs aînés et être exposés aux risques associés à des usages excessifs ou inadaptés.
Jean-Philippe Lachaux(36), est un neuroscientifique qui a participé à l’élaboration d’un programme d’entraînement et d’éducation dans une école. Selon lui, il est important de signifier aux enfants la valeur que l’on accorde à l’attention et ce, dès le plus jeune âge. Par exemple, si dans une famille l’attention est valorisée, les enfants seront certainement plus attentifs. Cela est possible d’après Monsieur Lachaux, à travers des tâches simples de la vie quotidienne. Par exemple, lorsqu’un parent lit une histoire à son enfant et que celui-ci ne se montre plus attentif, il est préférable d’interrompre le récit – le temps pour lui de se concentrer à nouveau – afin de faire sentir à l’enfant que le parent a une certaine exigence à l’égard de son attention.
Il devient nécessaire d’apprendre à l’enfant dès son plus jeune âge à évoluer sans risque pour lui dans ce monde dématérialisé, pour qu’il puisse « consommer » raisonnablement les produits du numérique tout en résistant aux sollicitations massives de celui-ci. 
Toujours d’après Jean-Philippe Lachaux, l’une des raisons pour lesquelles les enfants se déconcentrent tient au fait qu’ils tentent de faire tout en même temps. Il s’agit alors de leur apprendre à fractionner leur activité en se créant des petits objectifs.

Par exemple, pour un enfant, ranger une chambre est une tâche complexe car il y a de multiples affaires à ranger dans des endroits différents et de façon différente. Toutefois, si cette tâche est découpée en petites missions, l’attention ne s’éparpille pas : d’abord ranger les poupées dans une caisse, ensuite entreposer les petites voitures dans une autre, et finir par faire le lit. Ce programme d’enseignement se déroule dans une école maternelle où le but est de montrer que tous les enfants peuvent apprendre à maîtriser leur attention avec des bénéfices se poursuivant jusqu’à l’âge adulte et la vie professionnelle. 

L’Académie américaine des pédiatres recommande aux parents d’enfants de moins de deux ans, de ne pas les exposer à la télévision. Pour les enfants plus âgés, il est conseillé de limiter cette consultation à 2 heures par jour maximum (cette recommandation vaut pour les adolescents également, Cf. chapitre suivant). En effet, ceci est nécessaire car l’enfant vit dans un monde imagé et construit ses représentations en imitant ce qu’il observe autour de lui (en prenant pour source la plus proche, les parents). Or, la télévision comme les autres écrans peut générer de l’excitation, de la sidération voire de l’angoisse lorsque le principe de réalité en vient à se télescoper avec le monde fantasmagorique de l’enfant, et qu’il n’est plus possible à celui-ci de différencier ce qui est réel de ce qui ne l’est pas.D’autant plus que l’excès de stimulation audio-visuelle peut provoquer de l’anxiété, de l’instabilité, des troubles de l’attention, une intolérance à la frustration et un risque ultérieur de cyberdépendance*. L’enfant peut avoir l’impression (toute puissante) d’avoir le “pouvoir” de contrôler les TIC, notamment avec les ordinateurs ou tablettes. Il peut effectivement entrer dans différents espaces en un simple clic ou appui du doigt, accédant alors à des cultures et à des mondes différents : 

  • Des espaces ludiques avec des jeux vidéo, de la musique, etc. 
  • des espaces informatifs avec des encyclopédies ou des dictionnaires, 
  • des espaces de communication avec des chats et des blogs, 
  • et enfin, des espaces de travail où il peut avoir accès à des logiciels de traitement de texte. 

L’exposition excessive à un écran peut provoquer un ralentissement du développement de l’enfant, et notamment de son développement moteur. Dans une étude portant sur des enfants de 5-6 ans(2), les résultats ont montré que lorsque l’enfant regarde la télévision moins d’une heure par jour, il dessine un bonhomme [1] complet, contrairement aux sujets qui regardent la télévision plus de trois heures par jour. Pour ces derniers, les bonshommes étaient le plus souvent incomplets. Ce type d’exposition est dangereux dans la mesure où la consommation télévisée des jeunes enfants serait un des facteurs favorisant le tabagisme, l’obésité et le TDAH (Trouble de Déficit de l’Attention/Hyperactivité). Les troubles autistiques sont également visés(2).

[1] Le dessin du bonhomme a été utilisé comme moyen de comparaison par le pédiatre Peter Winterstein en 2005 sur 1900 écoliers âgés de 5 et 6 ans.(2)

Les jeux vidéo sont également des outils numériques auxquels il faut porter son attention en tant que parent. En effet, les jeux vidéo font partie des biens culturels les plus vendus générant un chiffre d’affaire de 5 milliards d’euros en France(28). Pourtant, leur utilisation excessive peut pénaliser les résultats scolaires, la vie sociale, le sommeil, l’alimentation et l’hygiène de l’enfant. Kévin âgé de 8 ans(2), patient du pédopsychiatre Claude Allard, ne voulait plus dormir depuis trois nuits. Il était anxieux, pleurait pour un oui ou pour un non, avait du mal à communiquer et à se concentrer. Tandis qu’il devait faire face à des problèmes familiaux (conflit parental persistant après la séparation de ses parents), les jeux vidéo ont renforcé son angoisse. Ces jeux (interdits pour son âge) lui étaient proposés par son père comme seul moyen de maintenir le lien avec lui, pour faire alliance contre la mère. C’est finalement grâce à un entourage chaleureux et au soutien de son oncle qu’un sevrage des jeux vidéo a pu se faire au profit de la découverte de la guitare. 

Les conditions de vie familiale peuvent être à l’origine d’une exposition incontrôlée de l’enfant aux risques que présentent les outils numériques, et ces derniers peuvent même être également un facteur aggravant d’un conflit existant entre les parents.

Le cas des adolescents

D’après cette étude(26), Les moins de 25 ans obtiennent des scores systématiquement plus élevés d’utilisation des réseaux sociaux (M = 14,87) que les plus de 25 ans (M = 10,64), et cette différence est significative (p<0.05 pour le petit-déjeuner et p<0.001 pour tous les autres moments de la journée). De plus, les moins de 25 ans obtiennent des scores de FoMO plus élevés (M = 26,60) que les plus de 25 ans (M = 22,23) et, cette différence est significative (p<0.001). 

Les adolescents passent en moyenne 8,5 heures par jour devant les appareils numériques en 2010 (contre 6,5 heures en moyenne par jour en 2006)(17) alors que les recommandations officielles suggèrent de ne pas aller au delà de 2 heures par jour devant un écran à l’adolescence. Avec les jeux en réseau, ces jeunes adultes évitent la proximité des contacts physiques qui peuvent être une source d’angoisse alors que dans les messages, les adolescents s’expriment spontanément et parfois de façon crue sur le monde des jeux ou sur sa sexualité. Egalement, dans 30% du temps ils utilisent plus d’un appareil en même temps. Par ailleurs, quand les adolescents font leurs devoirs sur l’ordinateur, dans deux tiers du temps, ils font quelque chose d’autre en même temps comme écouter de la musique, écrire des messages, etc.(17)

Si les résultats de l’enquête PELLEAS[3“Ecrans et jeux vidéo à l’adolescence : pratiques et usages problématiques”, Tendances, n°97, OFDT, 2014 nous amènent à penser que ce serait une erreur de diaboliser le jeu vidéo chez l’adolescent, elle révèle cependant que 14% des joueurs hebdomadaires peuvent être considérés comme problématiques. 

En effet, pour certains adolescents en situation de vulnérabilité psychique, un excès d’activités vidéo-ludiques peut engendrer isolement et retrait social. Cette enquête souligne aussi que la pratique problématique du jeu vidéo apparaît le plus souvent liée à un défaut de surveillance et de sollicitude parentales. 

Les jeux vidéo utilisés de façon excessive sont porteurs de risques. Dans les discours public a récemment émergé la figure de l’adolescent “accro” aux jeux vidéo ou aux réseaux sociaux (tels que Snapchat ou YouTube). De fait, un élève sur huit aurait un usage problématique des jeux vidéo(28). Une étude européenne montre que 1,6% des adolescents âgés de 14 à 17 ans semblent présenter des critères de “troubles de l’utilisation des jeux vidéo sur Internet”(28) comme définis dans le DSM-5. 

Dans son ouvrage, Claude Allard(2) expose le cas d’Alexandre, un adolescent de 15 ans. Il ne dort pas la nuit, a des difficultés à se lever le matin et a de mauvaises notes à l’école contrairement à avant. Auparavant, il faisait du sport mais a finalement abandonné toute activité physique au profit des jeux vidéo. Son usage est devenu problématique puisque de 20 heures à minuit il s’adonne à cette action et éprouve le besoin de s’évader de ce monde (il est à noter une relation conflictuelle entre sa mère et son beau-père qui la violentée puis l’a harcelée quand cette dernière est partie, tandis que son père délaissait Alexandre). Finalement, malgré les séances, Alexandre n’arrive pas à limiter son utilisation des jeux vidéo, il quitte le lycée reprochant à sa mère de lui faire la morale si elle lui fait des remontrances et il n’écoute plus personne. Pour le Pédopsychiatre, le patient lui semble passif, amaigri, fatigué, négligé dans son habillement, sa coiffure lui confirmant son état déprimé. Alexandre a manipulé sa grand-mère pour vivre avec elle afin de pouvoir jouer autant qu’il le veut, en toute liberté. Il est épuisé et repousse les limites de son corps, de son alimentation et de son sommeil.  

Comme évoqué ci-dessus, l’abus des jeux vidéo (combiné à une vie familiale conflictuelle) peut instaurer une véritable addiction et consiste en une consommation pathologique et pathogène. Dès lors, le fonctionnement social, intellectuel et affectif est exclusivement centré sur le jeu. Il y a un désir permanent et irrépressible (craving) de jouer qui est lié à la recherche du plaisir capable de supprimer une tension voire un malaise. Des signes physiques peuvent conjointement se manifester (irritabilité, anxiété, versatilité de l’humeur, dérèglement alimentaire ou du sommeil), un désinvestissement de la scolarité peut s’observer, et des difficultés relationnelles avec les parents peuvent survenir(2). Le recours aux services d’un professionnel de santé est à envisager lorsque ces signes cliniques se manifestent et que les parents ne sont pas ou plus à même de contrôler la fréquence d’utilisation ni la nature des usages des TIC par leurs enfants. Il est important d’avoir à l’esprit que les troubles mentaux survenant à l’adolescence n’évoluent pas irrémédiablement vers une pathologie mentale à l’âge adulte.  

Le DSM-5 fait référence (P 571) au fait que la recherche sur les comportements excessifs, tels que le jeu pathologique sur Internet, ainsi que sur d’autres syndromes comportementaux, est moins avancée que celle qui concerne le jeu d’argent pathologique. Il est avéré que «les comportements de jeux d’argent activent des systèmes de récompense similaires à ceux qui sont activés par des substances addictives, donnant lieu aux symptômes comportementaux qui semblent comparables à ceux produits par les troubles liés à la consommation d’une substance.»

L’éthique, une affaire de tous avec des responsabilités pour chacun

Ethique et numérique

«Les nouvelles technologies offrent de nouvelles voies pour l’expression de cette démocratie. Toutefois, deux menaces guettent : d’une part, l’inégalité des citoyens face au numérique, ce que l’on appelle la fracture numérique et, d’autre part, le risque lié à l’utilisation de données publiques, ce que l’on appelle l’open data.»
David Lacombled / Digital citizen

Du mot grec ethos, l’éthique a trait au comportement et aux caractéristiques d’un individu et à sa manière d’être vis-à-vis de ses règles morales, dont certaines peuvent être érigées en loi. L’éthique peut se définir comme l’ensemble des valeurs fondamentales à partir desquelles les individus interagissent dans le respect de la dignité humaine et des droits fondamentaux. L’univers numérique n’étant qu’interaction, les questions d’éthique et de morale y sont prégnantes. 

Or, l’ère numérique se caractérise par une absence de formalisation préalable à son avènement de principes de régulation, alors même que celle-ci a donné naissance à un espace temps dans lequel n’importe qui dans le monde peut potentiellement s’insérer et disposer d’une liberté d’expression et d’action unique, (presque) totale et gratuite. Cette ère a revu en profondeur les mécanismes traditionnels et institutionnels de l’exercice du pouvoir qui reposait jusqu’alors sur la possession de l’information, de la connaissance et la position permettant la prise de décision. La légitimité du leadership a été repensée dans cet espace de discussion sans pareille, et dans lequel il est possible d’endosser le rôle de “leader des temps modernes”. 

Véritable caisse de résonance des opinions et des expériences personnelles, les TIC ont créé “l’open data”. Les GAFA se sont engouffrés dans la brèche de l’euphorie propre aux usages naissants (non encore matures) et les pouvoirs publics ont été à la traîne pour contrôler et réguler des pratiques ou des innovations toujours plus nombreuses. 

Au (6) du Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, l’on peut lire : 

«L’évolution rapide des technologies et la mondialisation ont créé de nouveaux enjeux pour la protection des données à caractère personnel. L’ampleur de la collecte et du partage de données à caractère personnel a augmenté de manière importante. Les technologies permettent tant aux entreprises privées qu’aux autorités publiques d’utiliser les données à caractère personnel comme jamais auparavant dans le cadre de leurs activités. De plus en plus, les personnes physiques rendent des informations les concernant accessibles publiquement et à un niveau mondial 

Rappelons qu’en vertu de l’article 1 du Chapitre Ier de Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés : 

«L’informatique doit être au service de chaque citoyen. Son développement doit s’opérer dans le cadre de la coopération internationale. Elle ne doit porter atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques.» 

Notons aussi que l’article 54 de la Loi pour une République Numérique (LOI n°2016-1321 du 7 octobre 2016) a complété comme suit l’article 1 de la Loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés : 

« Toute personne dispose du droit de décider et de contrôler les usages qui sont faits des données à caractère personnel la concernant, dans les conditions fixées par la présente loi.» 

L’éthique numérique à laquelle il est fait référence dans la Nétiquette en 1995 (sorte de code de bonne conduite et contrat social pour Internet) à trait non seulement aux valeurs morales qui sous-tendent les comportements des internautes, mais aussi aux responsabilités que les uns et les autres acceptent ou non et réussissent ou non à assumer.  

Qu’une certaine éthique soit érigée en Loi pour que cette dernière procure un droit (cf. droit de décider et de contrôler les usages qui sont faits de nos données à caractère personnel) est intéressant mais assez paradoxal. En effet, à quoi sert un droit s’il est impossible de l’exercer. Nous en revenons toujours au fait que cette éthique semble davantage conditionnée par l’exercice des responsabilités individuelles et collectives que de celui d’un droit érigé en Loi.

Quels exemples de pratiques éthiques dans l’univers numérique ?

Que les responsabilités des différentes parties soient connues de tous, que les individus soient clairvoyants sur les conséquences probables d’une entorse au code éthique du numérique, et que chaque partie assume ses choix : 

  • Que les parents d’enfants en très bas âge fassent preuve d’éthique à l’égard de leur bébé et de son droit à l’image, car en affichant celui-ci sur les réseaux sociaux ils ne lui demandent pas son avis.(2)
  • Que les parents de jeunes enfants accompagnent ceux-ci dans leurs premiers apprentissages de l’outil numérique en leur montrant comment faire avec, en leur expliquant de quoi il s’agit, et non pas en le laissant seul fixer ses centres d’intérêt sur l’univers restreint de la tablette. Ce principe de précaution vise à protéger l’enfant du risque de manquer d’une relation humaine essentielle à sa construction psychique.(2) Il s’agit notamment d’éviter de faire en sorte d’éviter que les enfants et adolescents s’adonnent exclusivement au jeu de manière solitaire et que leur consommation des jeux vidéo soit faite avec modération en complément d’autres activités artistiques, culturelles et sportives utiles à leur développement. 
  • Que ceux qui confient leurs données soient lucides sur les risques encourus (y compris lorsque le service est gratuit parce qu’ils acceptent d’en être le produit). 
  • Que ceux qui sous-traitent des données respectent leur obligation de transparence et de traçabilité, et accomplissent leur devoir d’alerte en cas de violation du règlement européen de la protection des données (RGPD). 
  • Que les opérateurs téléphoniques soient pleinement conscients des risques pour les utilisateurs et informent ceux-ci avec objectivité. 
  • Que ceux dont la parole est désinhibée (car ils ont choisi d’interagir sous le couvert de l’anonymat) ne puissent s’adonner impunément à des propos outranciers ou qui alimentent le conflit, la violence, la haine, les rumeurs ou les “fake news” ; qu’il leur soit impossible de jouir d’une liberté qui n’aurait pas cour dans des situations de vie non virtuelle. 
  • Que ceux qui pratiquent le téléchargement illégal d’œuvres protégées qui ont été préalablement piratées remettent en cause leur “éthique du partage”. “Partager ce qui ne vous appartient pas mais qui appartient à d’autres n’est pas du partage” pour paraphraser Mercedès Erra(16), “C’est au contraire du piratage” confirme Fleur Pellerin(16) qui ajoute que ce dernier a toujours existé mais qu’il a été démultiplié avec les facilités que procure le numérique. 
  • Que le journalistes effectuent le travail d’investigation qui est attendu d’eux en résistant à la tentation de publier avant les autres, au risque que l’information soit mal ou non vérifiée, par la validation des faits en complément de la validation des sources. 
  • Que les publicitaires résistent à la tentation de rendre toujours plus intrusifs leurs messages dans un espace commun dans lequel ceux qui y évoluent aspirent à autre chose qu’être inondés par des messages publicitaires. 
  • Que ceux qui continuent à vendre (en dépit du RGPD) un fichier contenant des données personnelles (tels que certains brokers publicitaires le font) à un tiers sans le consentement préalable des personnes intéressées s’interrogent sur leurs valeurs morales et le modèle économique sur lequel repose leur activité. 
  • Que ceux qui créent les algorithmes fassent preuve de transparence à l’égard des personnes dont les données sont utilisées et ce, tant pour ce qui concerne les traitements effectuées, la finalité poursuivie et les résultats obtenus. En matière de Machine Learning (apprentissage machine) / Deep Learning (apprentissage profond), il est intéressant de noter que l’on peut faire apprendre ce que l’on veut à un ordinateur de la même manière que l’on peut façonner un individu par la manipulation ses méthodes d’apprentissage, de mémorisation et/ou de raisonnement. Il s’agit là d’un côté, d’une manipulation de l’esprit d’un humain par un autre humain(s) et de l’autre, d’une conception d’un code qui pourra faire en sorte que la machine/l’ordinateur/l’algorithme sera en mesure de manipuler – par son action – un humain voire le plus grand nombre possible d’humains. 
  • Que ceux qui utilisent les logiciels permettant la collecte de données personnelles sensibles, appliquent les techniques de désensibilisation des données (pseudonymisation, anonymisation) et soient en mesure de faire la démonstration de leur capacité pour ce faire. 
  • Que ceux qui ont à juger les affaires sensibles du secteur numérique soient conscients des enjeux des différentes parties prenantes et fassent preuve de discernement.

Finalement, parce que leur usage incontrôlé qu’il soit volontairement ou involontairement excessif, les TIC deviennent un enjeu de santé publique.
En conséquence : 

  • que les pouvoirs publics exercent leur mission, pas uniquement en promulguant des lois mais aussi en appliquant une procédure d’alerte, de contrôle et de sanction, afin de faire respecter les droits des individus, 
  • que les lobbies du secteur numérique soient neutralisés par les pouvoirs publics dès lors qu’un risque d’atteinte à la santé est présumé, 
  • que la HADOPI, la HAS et la CNIL soient saisies et en capacité de traiter les cas de manquement à l’éthique numérique.

Utilisation des TIC, une affaire de responsabilités

Une responsabilité individuelle (pour soi et/ou pour les autres)

L’individu à un rôle à jouer et des responsabilités pour se prémunir contre les risques liés à l’usage des TIC car il est le premier intéressé et le premier acteur de sa santé. Certaines conduites numériques peuvent être pénalisantes pour soi et/ou pour les autres. Nous ne reviendrons pas ici sur le rôle éducatif que les parents peuvent jouer vis-à-vis de leurs enfants pour ce qui concerne des usages numériques maîtrisés. Nous allons en revanche aborder le fait que la responsabilité individuelle porte sur la mise en œuvre d’une nouvelle compétence, celle de savoir se déconnecter pour ne pas se déconcentrer mais aussi pour se protéger du workaholisme voire du stress. 

Hélas, il arrive que des entreprises, lorsqu’elles munissent les salariés d’appareils mobiles, omettent de rappeler l’interdiction de l’usage du téléphone au volant (voir plus haut) lors des déplacements professionnels et aussi de les alerter sur les dangers que représente la non déconnexion. L’exercice du droit à la déconnexion implique non seulement, le fait de se déconnecter de la vie professionnelle dans le cadre de la sphère personnelle, mais aussi la réciproque ! Certains accords négociés sur le droit à la déconnexion mentionnent ce fait. 

La disponibilité généralisée de l’accès à Internet sur le lieu de travail a facilité l’apparition de nouveaux types de comportements improductifs voire contre-productifs(38). Il est également devenu aisé pour l’employé de dissimuler ses comportements “hors-tâche” à ses supérieurs, c’est-à-dire de faire autre chose que ce qu’ils sont censés faire. Dès lors, des technologies de surveillance ont été mises en place pour tenter de palier ce type de comportements. Une étude(38) a démontré que les nouvelles technologies de surveillance (surveillance du courrier électronique, surveillance d’Internet, etc.) peuvent avoir des effets sur le comportement des individus sur leur lieu de travail. En effet, plusieurs répondants de l’étude ont indiqué qu’ils modifieraient ou avaient déjà modifiés leurs comportements au travail face aux nouvelles technologies de surveillance. Les comportements inadaptés en cause étaient notamment l’utilisation de comptes de messagerie professionnelle pour des messages d’ordre personnel, la navigation sur Internet pour des projets autres que ceux de l’entreprise, et la pratique de jeux informatiques pendant la journée de travail. 

Il est intéressant de noter que les résultats de cette étude révèlent qu’une majorité de salariés ne perçoivent pas cette surveillance de manière hostile (dérangeante, indigne ou intrusive). En fait, certains répondants disent même apprécier la surveillance sur leur lieu de travail, affirmant recevoir plus de reconnaissance de la part de leurs chefs et aussi que les caméras leur procurent un sentiment de sécurité. 

Les TIC procurent une plus grande autonomie, il convient aux individus de s’autogérer et s’organiser afin d’effectuer un travail productif. Les conséquences des comportements “hors-tâche” relatifs à des activités numériques impactent pas seulement l’employé, qui risque notamment de se faire licencier, mais également l’entreprise dont l’image et la performance dépend de ses salariés ainsi que des services accomplis par eux. 

Pour s’armer au mieux et aussi respecter leurs collègues, les salariés ont tout intérêt à respecter le règlement intérieur et à appliquer les dispositions contenues dans la charte de la déconnexion ou dans le guide des bons usages des outils numériques professionnels, s’il en existe un.

Une responsabilité managériale

Comme souligné tout au long de ce dossier, les TIC sont massivement utilisées dans le monde professionnel, et parfois de façon excessive. Parmi les responsabilités incombant au manager figurent celles de la connaissance et du respect du cadre légal du travail, des règlements, des accords d’entreprise et des règles de vie en groupe. L’exemplarité est également une responsabilité devenue saillante. 

Or, il arrive à certains managers de solliciter leurs collaborateurs par l’intermédiaire d’e-mails envoyés en dehors des horaires de travail. En dépit d’un accord signé plusieurs mois plus tôt sur la Qualité de Vie au Travail, dans l’entreprise (confidentielle), des managers continuaient à envoyer des e-mails jusque dans la nuit et pendant le week-end. Une sorte de no-limit était implicitement ressentie par les collaborateurs qui pouvaient se sentir obligés de répondre à ces e-mails pour se conformer aux attentes du manager. L’entreprise (confidentielle) a finalement négocié et signé en Janvier 2018 un accord sur les modalités de l’exercice d’un droit à la déconnexion(1). Ainsi, le salarié n’est pas sanctionné lorsqu’il ne répond pas à un e-mail/SMS/appel en dehors de ses heures de travail habituelles. Une nouvelle responsabilité est donc attribuée au manager : veiller au respect du droit à la déconnexion, en adoptant dans ses propres actions et comportements les principes énoncés dans l’accord. Faire preuve d’exemplarité est désormais une attitude valorisée et attendue des managers. 

Par ailleurs, les professionnels RH font parfois des managers leurs ambassadeurs en les munissant d’outils pour leur permettre d’évaluer la charge de travail de leurs collaborateurs. L’objectif est de s’assurer que celle-ci respecte tant le rythme que les capacités de l’individu mais aussi que les conditions d’exercice du travail avec les outils numériques ne pénalisent ni leur santé ni leur vie personnelle. Il serait en effet préjudiciable que les TIC entament le sens que les salariés donnent à leur travail. La responsabilité allouée aux managers est alors de veiller à ce que les mécanismes de régulation des usages des TIC contribuent à la performance individuelle et globale de l’entreprise. Ceci implique que la discussion puisse s’ouvrir sur ces sujets entre un salarié et son supérieur hiérarchique. 

Les managers ont donc un rôle à jouer car comme nous l’avons vu précédemment dans ce dossier, la non-maîtrise ou le mésusage des outils numériques peut avoir des effets délétères sur le bien-être au travail (en cas de sur-sollicitation, interruptions multiples, technostress et pratique du multitâche).

La responsabilité de l’employeur

L’employeur est tenu par la loi (articles L. 4121-1 à L. 4121-5 du Code du travail) d’évaluer les risques, y compris psychosociaux, et de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés. Plus qu’une responsabilité, cette obligation générale repose sur une approche globale de la prévention des risques professionnels. 

Mais depuis la Loi travail dite Loi El Khomri (n°2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels) qui a fait entrer l’exercice d’un droit à la déconnexion dans le code du travail français, les employeurs sont supplémentairement tenus d’adopter de mesures visant : 

  • à assurer le respect des temps de repos et de congés, 
  • à assurer l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, 
  • ainsi qu’à négocier un droit d’expression directe et collective des salariés notamment au moyen des outils numériques disponibles dans l’entreprise. 

Si la vocation de l’entreprise n’est pas de protéger un individu contre lui-même en dehors de ses heures travaillées, l’employeur a une obligation générale d’assurer la sécurité et de protéger la santé physique et mentale des travailleurs dans le cadre de leur travail. Or, apprendre à se déconnecter des outils numériques est un acte de prévention essentiel. Certains individus ont besoin d’être accompagnés pour y parvenir. En effet, d’aucuns peuvent le vouloir sans le pouvoir, tandis que d’autres le pouvoir sans le vouloir. Optimiser son utilisation des outils numériques, dans et en dehors du contexte professionnel, est une nouvelle compétence à part entière. Apprendre à faire face à l’obésité informationnelle, à traiter ses notifications, à gérer ses priorités et son emploi du temps mais aussi, savoir se déconnecter, permet à l’individu d’être plus serein et plus efficace dans l’exercice de son travail et dans les rapports qu’il entretient aux outils numériques. 

Nous parlions plus tôt de l’utilisation des TIC en tant qu’outil potentiel de surveillance des employés. Mais les TIC peuvent aussi contribuer à remplacer le facteur humain et ceci produit une inquiétude de la part des salariés en raison de la crainte de la transformation voire de la disparition de leurs emplois. Nous pouvons observer une automatisation notable par exemple dans les supermarchés.

En effet, Rachel C(15), une salariée de vingt-six ans employée dans un Super U de la région parisienne est touchée par le “blues de la caissière” : “On a l’impression que notre métier va bientôt finir au musée” dit-elle pour exprimer sa crainte de devenir inutile et d’être finalement remplacée. 

En effet, selon David Autor(32), un économiste américain, les technologies modifient les types d’emplois disponibles et ces changements “ne sont pas toujours bénéfiques”. Depuis les années 1980, les ordinateurs ont de plus en plus pris en charge des tâches telles que la comptabilité et des tâches de production répétitives dans le secteur manufacturier. 

Néanmoins, dans le même temps, de nouveaux métiers se créent et les emplois nécessitant de la créativité et des aptitudes à résoudre des problèmes, se sont multipliés. Du reste, les métiers des ouvriers de la restauration, des concierges, des aides à domicile et autres travaux de services sont aujourd’hui difficilement automatisables. 

L’économie ne peut pas se soustraire des technologies. Moins de 10% des emplois existants sont menacés tandis que 50% des emplois existants sont susceptibles d’évoluer(31). Les technologies permettent de gagner en productivité, sont propices à l’innovation et par ce fait génèrent des emplois. La responsabilité (d’ordre éthique) de l’employeur est de fournir à ses employés les informations utiles quant aux possibles mutations de leurs métiers ainsi que d’accompagner le changement pour préparer ses collaborateurs au mieux à la mutation de leurs emplois. 

Un rôle pour les professionnels RH

Par délégation de l’employeur les professionnels RH ont la responsabilité dans les entreprises où ils exercent de veiller à la sécurité et à la protection de la santé de ses salariés. Leur rôle consiste alors à prendre les mesures nécessaires de prévention des risques professionnels, et informer et former ses salariés sur ces risques.

Une communication de type sensibilisation peut prendre plusieurs formes et être concomitante à la négociation et la mise en application d’un ou de plusieurs accords d’entreprise sur le temps de travail, la qualité de vie au travail ou le droit à la négociation.

La mise en œuvre d’un plan d’actions de prévention des risques professionnels relève des attributions des professionnels RH qui peuvent être accompagnés si besoin par des intervenants spécialisés extérieurs à l’entreprise.

Le premier enjeu consiste à identifier des pratiques cibles et mettre en place des actions préventives des usages risqués. La formalisation de guides ou de chartes peut être une des étapes du plan sans être jamais suffisante (il s’agit d’un moyen et non d’une fin).

Ce plan d’actions de prévention des risques psychosociaux spécifiques au numérique (le stress notamment) peut par exemple prévoir la possibilité pour les salariés d’avoir accès à un professionnel de la santé, la transmission d’informations utiles pour sensibiliser les employés aux risques d’une utilisation excessive des TIC, l’organisation de formations aux outils et pratiques de la déconnexion et enfin, l’accompagnement des managers et des collaborateurs lorsque cela semble nécessaire.

Au delà des aspects de communication et de formation, la question de la culture de l’entreprise est importante à prendre en compte. Par exemple, conformément à l’application d’un “slow management » l’objectif de “faire toujours mieux” peut prendre la place de ceux qui consistent à faire “toujours plus” et “toujours plus vite”.

Ouvrir des espaces de discussion et utiliser la communication interne pour valoriser les résultats accomplis sont des leviers à la disposition des professionnels RH soucieux du niveau de bien-être des salariés.

Pour être efficaces, les solutions préventives et curatives doivent être envisagées en concertant et en impliquant tous les acteurs de l’entreprise. Est-il besoin de préciser que les enjeux de tout changement culturel doivent être connus et compris par tous pour être mieux acceptés. Du reste, certaines pratiques peuvent requérir l’accord et le volontariat des intéressés.

Quelles solutions ?

Solutions préventives

Comme nous l’avons vu, des dangers et des risques peuvent être engendrés par les TIC, dans la sphère privée et dans la vie professionnelle. En effet, des facteurs de risque (qui augmentent la probabilité du dommage – ou autrement dit la concrétisation du risque) peuvent survenir. C’est pourquoi les solutions préventives sont à mettre en œuvre afin de diminuer la fréquence et/ou la gravité du risque.

Ces actions de prévention peuvent être de trois ordres :

  • La prévention primaire vise à évaluer (par des professionnels de la santé, qu’ils soient internes ou externes à l’entreprise) les dangers sur les individus des ambiances de travail nocives (risque toxique, manutention de charges, gestes répétitifs, stress professionnel, etc.), ainsi que les contraintes physiques ou mentales qui s’exercent sur les personnes. Elle agit à la source en s’adressant directement aux causes.
  • La prévention secondaire s’exerce, non pas par l’évaluation, mais par la surveillance médico-psychologique des travailleurs. Les travailleurs bénéficient d’un suivi renforcé en cas d’exposition à des risques particuliers (travail sur écran, exposition au bruit ou à des sources de chaleur, travail de nuit, etc.).
  • La prévention tertiaire comprend toutes les actions destinées à réduire au maximum les invalidités fonctionnelles consécutives à la maladie, et à limiter la prévalence de certaines pathologies au sein d’une population donnée. Finalement, cela étend la prévention au domaine de la réinsertion professionnelle et sociale à travers des solutions telles que des programmes organisés sur plusieurs séances (soigner son burnout, préparer son retour à l’emploi après un arrêt, etc.).

Ainsi, différentes stratégies de prévention peuvent être mises en place, mais la prévention primaire (actions de sensibilisation, actions de formation, séminaires, etc.) est à privilégier en priorité par rapport à la prévention secondaire.

En effet, agissant à la base même du problème (pour en éliminer les causes) la prévention primaire a un impact significatif et durable.

Une stratégie de prévention collective est également plus efficace qu’une prévention individuelle. Le risque de stress, par exemple peut dépendre non seulement d’un usage excessif des TIC, mais également de nombreux autres facteurs (organisationnels, managériaux, culturels, etc.). Ainsi, pour avoir un effet satisfaisant, l’application du droit à la déconnexion doit correspondre à une stratégie collective tout autant qu’à une stratégie individuelle.

En outre, la mise en œuvre d’une prévention psychologique présuppose que la prévention technique traditionnelle ne prévale pas sur l’analyse comportementale…

Prévention primaire

  • Dès 2011 certaines entreprises (Intel, Nestlé, Sodexo, Canon, PriceMinister-Rakuten) ont proposé des « journées sans e-mail » afin d’inciter leurs employés à modérer leurs usages de la messagerie électronique.
  • Le groupe Volkswagen, poussé par les syndicats, a mis en place pour certains de ses cadres une coupure de l’accès à la messagerie électronique le soir. C’est ainsi que qu’un accord a été signé en 2012 par lequel l’on empêche les serveurs de l’entreprise de diriger les e-mails vers les téléphones professionnels entre 18h15 et 7 heures du matin.
  • Daimler de son côté a fait en sorte que les emails soient supprimés pendant les vacances.
  • Le groupe Orange a mis en place un Mooc (formation en ligne ouverte à tous) pour former les managers aux risques de la connexion permanente.
  • Dans certaines entreprises du secteur de l’industrie, les badges d’accès des salariés sont bloqués en dehors des horaires de bureau afin de décourager le workaholisme.

Le cas des enfants et des adolescents n’est pas à omettre et il est évident que le comportement des parents est primordial en la matière. Ces derniers peuvent faire preuve d’exemplarité (en n’utilisant pas leur téléphone portable à table ou en ne laissant pas allumée la télévision toute la journée par exemple), mais aussi sensibiliser et accompagner leurs enfants dans leur utilisation des TIC en tous genres.

Si le contrôle et la surveillance ne suffisent pas, il peut être nécessaire de fixer de nouvelles règles pour protéger l’enfant ou l’adolescent des risques encourus. Les jeux vidéo pourraient par exemple être autorisés uniquement le week-end pendant des horaires prédéfinis et ponctuellement au cours de la semaine à raison d’une heure maximum (seulement après les devoirs et avant le repas). Cela permettrait de créer une rupture visant à donner de nouvelles habitudes qui pourront être profitables à court, moyen et long terme.

Paradoxalement, il est également possible de “soigner le mal par le mal” (c’est-à-dire d’utiliser des technologies qui neutralisent certaines fonctionnalités technologiques). Pour ce faire, des options sont nativement offertes par les téléphones portables, et des fonctionnalités sont parfois pré-installées sur les tablettes, ordinateurs, télévisions et logiciels :

  • Le mode “Ne pas déranger”, est une fonction qui permet de désactiver toute notification sur une période donnée, et de uniquement les appels de personnes sélectionnées (cf. “Autoriser les appels de”).
  • Le mode ” Notifications désactivées”, peut être utile pour ne pas se laisser distraire par les notifications d’arrivée de nouveaux messages (applications et messageries électroniques).
  • Les alertes sonores et visuelles (pastilles et aperçus) peuvent être désactivées en décochant certaines cases).
  • Sur les Iphone, le mode “Night Shift” semblable au mode “nuit” permet de baisser la luminosité afin de reposer les yeux.
  • Le mode “Nuit” permet de disposer d’une luminosité plus faible et d’une couleur d’écran plus jaune (afin de limiter les effets néfastes de la lumière bleue) ; ce mode peut se programmer sur les téléphones portables, sur les ordinateurs et sur certaines télévisions.
  • Le mode “Lumière jaune” existe notamment avec le logiciel F.lux pour les ordinateurs Mac (disponible dans l’Apple Store (7,99€)) et en téléchargement gratuit pour PC. Cette lumière jaunie réduit l’exposition des yeux aux HEV (lumières bleues) qui sont des responsables pour partie (comme nous l’avons énoncé précédemment) des troubles du sommeil et de la fatigue oculaire.
  • Le mode « Avion » ((obligatoire dans l’avion au moment de l’atterrissage et du décollage) permet de désactiver toutes les fonctions de votre téléphone portable, y compris les ondes électromagnétiques que celui-ci dégage.
  • L’application OFFTIME permet de surveiller et de personnaliser sa connectivité. Grace à elle, il est possible de planifier des plages de déconnexion durant lesquelles toute source de sollicitation sera supprimée pour ne pas être sollicité(e), distrait(e), interrompu(e) par les appels ou les notifications.
  • L’application Calldoor offre quant à elle la possibilité à l’employeur de sensibiliser les salariés à l’importance de la déconnexion en alertant ceux-ci d’une utilisation des outils numériques en dehors des heures de travail.

Au niveau de la messagerie, d’autres options sont utiles :

  • L’extension SndLatr pour Gmail, et notamment son option « Send Later » située en dessous du bouton « Envoyer », permet de programmer l’envoi d’un courriel à la date et à l’heure souhaitées afin de respecter les temps de déconnexion de ses destinataires.
  • L’extension Boomerang pour Gmail est une alternative à la précédente pour programmer l’envoi différé d’e-mails. Elle offre également la possibilité de mettre sa messagerie en pause (option très utile pendant les congés) et d’en avertir éventuellement ses émetteurs grâce à l’option de réponse automatique (personnalisable).

Prévention secondaire et tertiaire

Pour ce qui concerne maintenant la prévention secondaire et tertiaire :

  • Des groupes de paroles, animés par des personnes formées pour ce faire, peuvent permettre aux intéressés de s’exprimer librement et d’évoquer des conflits (intra ou interpersonnels) qui les habitent afin de trouver des solutions pour les résoudre. Les individus ont la possibilité de parler avec d’autres personnes qui se trouvent dans des situations similaires.
  • Des lignes d’écoute sont parfois mises en place par les entreprises pour permettre à leurs salariés de contacter des psychologues voire des avocats selon les besoins du concerné.
  • Ces lignes téléphoniques sont un dispositif d’écoute, de soutien et d’accompagnement psychologique des individus par téléphone. Ce type de service, qui doit préserver l’anonymat complet des intéressés, peut être accessible à certaines heures ou à toute heure. Par exemple, pour obtenir des informations juridiques et sociales afin de répondre à toute question en lien avec le droit et la santé, des juristes et des avocats peuvent y répondre (Santé info droits : 0 810 004 333 ou 01 53 62 40 30).
  • Pour les jeunes, des lignes d’écoute sont également disponibles où le mal-être et les addictions peuvent être exprimés (Fil santé-jeunes : 0 800 235 236 (gratuit d’un poste fixe) 01 44 93 30 74 (depuis un portable)).

Solutions curatives

Malheureusement, la prévention peut s’avérer inexistante ou insuffisante et lorsque les maux sont avérés, des actions correctives et curatives sont à envisager. Pour ce qui nous intéresse ici, il s’agit d’évoquer les solutions qui permettent de traiter les risques liés aux TIC.

  • Il est à noter que désormais les portables des collégiens ne sont plus autorisés dans l’enceinte des établissements (mesure préventive). De façon complétive, des séjours déconnectés d’une durée variée (pour enfants, adolescents et même pour adultes) peuvent être envisagés comme action curative. Ils permettent aux intéressés d’effectuer des activités multiples afin de s’occuper d’une autre manière que celle qui consiste à recourir aux outils numériques. Ces derniers peuvent être tolérés, mais la présence du WiFi et du réseau téléphonique est généralement (quasi)inexistante.
  • Des cures de détox. numérique sont disponibles au titre des actions correctives parce qu’elles permettent de combiner déconnexion, dépaysement et suivi psychologique. Sous réserve d’être d’une durée suffisante, réalisées dans un cadre adapté et avec un accompagnement spécifique pour expérimenter le sevrage, ces cures comportent des consultations psychothérapeutiques pour ancrer de façon durable de nouveaux comportements acquis.
  • Comme nous l’avons énoncé précédemment, des groupes de paroles peuvent être organisés en terme de prévention mais ils peuvent également être utiles dans le domaine curatif sous la forme d’une thérapie de groupe et sous réserve que les animateurs soient compétents pour animer ces séances.
  • Une psychothérapie peut être envisagée comme démarche personnelle lorsque l’individu souhaite être accompagné afin d’atteindre des objectifs visés (comme par exemple guérir de ses usages pathologiques des TIC, jeux vidéo, réseaux sociaux, etc.).

A ce titre, « les Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC) représentent l’application de la psychologie scientifique à la psychothérapie. Les techniques utilisées interviennent à 3 niveaux : comportemental, cognitif et émotionnel. » (In, Les thérapies comportementales et cognitives, Jean Cottraux, Editions Elsevier Masson, Collection Médecine et psychothérapie, janvier 2011, 5ème édition).

Les TCC sont une branche de la psychothérapie destinée à aider les personnes à surmonter leurs problèmes émotionnels tels que, par exemple : addiction, colère, anxiété, fatigue et douleurs chroniques, dépression, troubles du comportement alimentaire, attaques de panique, troubles de la personnalité, phobies, état de stress post-traumatique, problèmes relationnels, phobie sociale…

La TCC repose sur une relation thérapeutique de confiance et de collaboration (l’alliance thérapeutique), et sur la motivation fondée sur les résultats. Son efficacité dépend grandement de la qualité de la relation entre le psychothérapeute et le patient.La TCC est indiquée pour toute personne en souffrance (enfant, adolescent, adulte, et personne âgée) désireuse de retrouver un mode de vie en adéquation avec les exigences de la réalité, et qui est suffisamment motivée pour s’investir en tant qu’acteur dans un programme de soin permettant d’endiguer ses difficultés.

Elle consiste à :

  • étudier les raisonnements et les comportements afin de contribuer à surmonter les problèmes émotionnels et comportementaux ;
  • identifier, évaluer et traiter des troubles, dans une perspective de l’ « ici et maintenant » (le passé est pris en compte sans que toute l’histoire de la personne soit étudiée) ;
  • prévenir les risques de rechute par des techniques particulières et notamment, en permettant à la personne de devenir son propre thérapeute.

La thérapie vise à permettre à la personne :

  • d’identifier les liens entre pensées, émotions et comportements problématiques ;
  • de modifier les schémas de pensée dysfonctionnels (reposant sur des idées fausses, des erreurs de pensées et, des biais cognitifs acquis) ;
  • désapprendre des conduites pénibles pour apprendre des modèles adéquats de comportement (comportements alternatifs et adaptatifs).

Toutes les solutions évoquées sont autant de pistes et d’outils à explorer selon le contexte, les motivations et les préférences.

Un accompagnement sur mesure

 

Conclusion

Il y a fort à parier, si vous en êtes arrivé(e) là de la lecture de ce dossier, que vous n’êtes pas l’auteur(e) du déni d’un risque qui se profile sérieusement pour la santé physique et/ou mentale des utilisateurs intensifs du numérique. La question des dangers et des risques liés aux usages excessifs et inadaptés a été analysée tout au long de ce dossier. Nous représentons la toute première génération (adultes comme enfants et adolescents) à pouvoir utiliser et côtoyer en permanence les TIC et les écrans, que cela soit dans notre sphère personnelle ou au cours de notre vie professionnelle (si l’exercice de notre métier le requiert).

Le SICEM (Syndrome d’Intolérance aux Champs ElectroMagnétiques), nouvelle maladie environnementale, est l’une des conséquences de la sur-exposition aux ondes produites par les appareils mobiles, que cette exposition soit volontaire ou non, désirée ou contrainte. Cette constance des écrans nous amène parfois à les utiliser avant de nous endormir pour répondre à un e-mail professionnel, pour traiter nos notifications ou encore pour regarder des vidéos et consommer la télévision en ligne. Or, la qualité et la quantité de notre sommeil en pâtissent, provoquant un manque de vigilance et un stress plus important. Cependant, le niveau de stress perçu ne dépend pas seulement du sommeil, mais comme nous l’avons expliqué dépend également de la sur-sollicitation, de l’hyperconnectivité ainsi que du mode multitâche. La surcharge cognitive et les risques d’erreurs associés sont accidentogènes. De fait, l’essor des TIC a favorisé l’apparition de certaines conduites nouvelles au sein d’une partie de la population mais a également révélé le workaholisme. Les individus concernés développent une sorte d’addiction comportementale au travail qui peut être causée par une (nouvelle forme de) dépendance aux TIC.
Il s’agirait donc de savoir bien gérer les outils numériques pour éviter de nous sur-exposer et de nous mettre en danger. Les risques ont trait non seulement au niveau individuel mais aussi au niveau collectif.
Certaines entreprises ont pu expérimenter les risques d’image liés aux nouvelles formes de crises se déclenchant sur Internet (“Bad Buzz”). Mais bien plus grave encore pour leur performance globale, elles ont pu “laisser faire” – par méconnaissance, naïveté ou aveuglement – des comportements numériques (individuels et managériaux) en leur ‘sein culturel’ qui ont généré du stress et pu conduire au burnout.
Quel rôle précis joue la fréquentation des réseaux sociaux dans la pratique des selfies, et quelles en sont les conséquences sur la personnalité ? Se peut-il que cette pratique s’explique simplement par des motivations exclusivement narcissiques ? L’ère numérique favorise-t-elle l’expression de traits de personnalité narcissiques qui ne se seraient pas révélés si l’Internet n’existait pas ? Il se trouve que les TIC peuvent être utilisées tant à des fins informatives (pour assouvir notre soif de connaissance) que pour satisfaire un certain « plaisir narcissique ». Cette dichotomie entre les usages laisse penser que les TIC sont peut être un accélérateur des extrêmes…

Se peut-il que le monde sans fil nous incite à devenir soit des jouisseurs compulsifs, soit au contraire des esclaves asservis par le numérique ? Y aurait-il une autre fracture possible que celle dont on parle habituellement et qui concerne ceux qui ont accès à Internet et aux TIC, et ceux qui en sont exempts ou bien privés d’y avoir recours ?
Pour faire référence à la pensée d’Epicure, se peut-il que “l’âme numérique” ne soit qu’un agrégat de traces laissées dans le réseau des réseaux juste pour le plaisir (d’aucuns parlent de bonheur au travail) défini par lui comme “absence de douleur”, et aussi pour la sensation (parce que celle-ci est selon lui à l’origine de la connaissance) ? Est-il possible que les TIC nous rendent encore plus hédonistes ?

Où s’arrêtera notre quête égocentrée du plaisir des likes et sollicitations qui alimentent une vie virtuelle parfaite ? il faudra attendre que la recherche scientifique poursuive son travail et nous permette d’obtenir des réponses à autant de questions que ce dossier nous a amenées à nous poser.
Nous avons tenté d’illustrer la fait que des TOCs peuvent se former autour des TIC. Il est maintenant avéré que le téléphone portable a pris une place privilégiée dans notre vie. Possiblement utilisé en tout lieu, n’importe quand pour n’importe quel besoin ainsi que par n’importe qui, il est à l’objet d’une utilisation parfois inadaptée et dangereuse pour la santé physique et mentale.

Parce que ce dossier n’était pas uniquement centré sur le cas des travailleurs équipés de TIC (qu’ils soient sédentaires ou nomades) nous avons poursuivi avec le cas des enfants et des adolescents pour lesquels les risques concernent près de 36 millions d’entités familiales (couples avec enfant(s) et familles monoparentales confondues). Les usages numériques de notre progéniture peuvent installer des comportements additifs. Comme l’a établi Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique, “On a de plus en plus de comportements additifs. C’est un constat que tous les parents et les entreprises font.”
Voici une responsabilité d’ordre éducative et même sociétale non évoquée dans le dossier : afin que les parents appliquent la nouvelle consigne donnée aux managers d’entreprise (c’est-à-dire faire preuve d’exemplarité en matière d’utilisation des TIC), il leur faudra préalablement connaître les risques et aussi maîtriser leurs propres usages.

Le respect d’une éthique individuelle (qui relève aussi d’une nouvelle forme d’hygiène de vie) est nécessaire pour modifier les comportements collectifs qui sont néfastes non seulement pour l’individu, mais aussi pour tous ceux qui intéragissent avec lui tant dans la sphère personnelle que professionnelle. Les deux pans de nos vies sont désormais imbriqués “pour le meilleur et pour le pire” et les enjeux éducationnels sont bien présents pour ce qui concerne le respect de soi et des autres. Autrefois, l’éducation visait les objectifs très louables d’accompagner le devenir d’un être qui attendait de s’élever en apprenant à lire, écrire, parler et exister. Aujourd’hui, l’éducation aux usages du numérique est devenue un pan indispensable car indissociable de cette élévation.

Pour terminer sur une note de joie, et parce que rien n’est jamais sans espoir, rappelons que tous les salariés ne sont pas connectés ni soumis à un travail intense et contraint accompli au moyen des TIC.
En effet, en 2013, 6,5% des salariés étaient des usagers non-connectés(23). Egalement, il n’y aurait que 3% des adolescents à avoir un usage pathologique des jeux vidéo, et seulement 1 à 5% seraient accrocs à ceux-ci(28). Les parents peuvent constituer un facteur de protection contre un comportement problématique en la matière.

Enfin, des solutions préventives et curatives existent déjà au service des parties prenantes de l’entreprise (employeurs, professionnels RH, managers et salariés), mais également des individus tels que les parents, enfants et adolescents.

Pour paraphraser la romancière Phyllis Bottome “Il y deux façons de gérer les difficultés : les modifier ou s’adapter à elles.”

• • • • • • •

Vous avez apprécié la lecture de ce dossier ? Recommandez-le à d’autres en un tweet !

Acheter le dossier “De l’éthique, des TIC et des TOCs” 




Caractéristiques du document : Téléchargement en ligne après paiement via Paypal ou par carte bleue) au prix de 16,66€ HT – 19,99€ TTC.
Auteures : Carole Blancot & Vanessa Caupenne
Nombre de pages : 43
Nombre de signes : 103 071
Format : PDF interactif (12,1 Mo)
Sommaire :

Sommaire du dossier_Ethique_TIC_TOCs_VF

Extrait

• • • • • • •

*Glossaire

Burnout (Epuisement professionnel) : Etat de fatigue émotionnel, mental et physique intense caractérisé par un manque de motivation ainsi qu’une baisse d’énergie et de performance qui peut survenir après des mois ou voire des années de surmenage ; c’est un cercle vicieux. Il s’agit d’une consumation » par excès d’investissement. 

Blurring : Brouillage de la frontière entre vie professionnelle et vie privée, résultant de l’évolution des modes de vie et qui touche particulièrement les cadres connectés (davantage utilisateurs d’appareils et de réseaux numériques que les autres). 

Charge cognitive : Mesure de la quantité de ressources mentales mobilisées par un sujet lors de la réalisation d’une tâche. 

Cyberdépendance (dépendance à Internet) : Usage excessif et pathologique du Web, que ce soit les réseaux sociaux, les jeux vidéo en ligne, les plates-formes communautaires, etc. 

Danger (au sens de l’INRS) : Source potentielle de dommage. Il est ce qui peut faire mal. 

Droit à la déconnexion : Droit pour un salarié de ne pas être en permanence joignable pour des motifs liés à l’exécution de son travail. 

FoBO (Fear of Being Offline) : Peur de ne pas être (pouvoir être) connecté(e) à Internet (via le Wifi ou autre). 

FoMO (Fear of Missing Out) : Peur de manquer une nouvelle importante (issue de l’actualité en général ou de l’activité de ses amis), de ne pas avoir connaissance d’un événement qui constituerait une opportunité d’interagir socialement, ou encore de passer à côté d’une opportunité commerciale (réduction, avantage, avant-première, etc.).

Infobésité : Réception de flux d’informations très conséquents qui empêchent de trier avec pertinence l’information utile de celle qui ne l’est pas, pour votre vie personnelle ou professionnelle. 

Karōshi Mort subite de cadres ou d’employés de bureau par arrêt cardiaque par suite d’une charge de travail ou d’un stress trop important. Le karōshi est reconnu comme une maladie professionnelle au Japon depuis les années 1970. 

Nomophobie (Nomophobia) : Terme un mot-valise construit par contraction de l’expression anglaise « no mobile-phone phobia » qui désigne la peur excessive d’être séparé(e) de son téléphone mobile (peur de la coupure). Cette phobie a été nommée par les scientifiques avec l’acronyme FOMO (Fear of Missing Out). Le mot a été inventé au cours d’une étude menée en février 2008 par la UK Post Office qui accrédita YouGov, une organisation de recherche basée au Royaume-Uni, pour observer les angoisses subies par les utilisateurs de téléphones mobiles (Source Wikipédia). 

Phubbing “phone” + “Snubbing” = télésnober : Fait de consulter son téléphone portable en ignorant les personnes physiquement présentes. 

Risque (au sens de l’INRS) : Probabilité d’apparition d’un événement indésirable. 

Risque professionnel (au sens de l’INRS) : Probabilité d’apparition d’une atteinte à l’intégrité d’un salarié. 

Risques psychosociaux (RPS) : Eléments qui portent atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés au sein de leur environnement professionnel. 

Sérendipité : Action consistant (de clic en clic) à trouver des informations qui n’étaient pas celles que l’on recherchait initialement mais qui vont cependant s’avérer utiles pour résoudre le problème ou la question à l’origine de notre recherche.

SICEM (Syndrome d’Intolérance aux Champs ElectroMagnétiques) Réaction anormale du corps face aux ondes électromagnétiques de différentes fréquences. 

TIC (Technologies de l’information et de la Communication) : Ensemble des techniques et des équipements informatiques permettant de communiquer à distance par voie électronique. 

Technostress : Stress technologique généralement dû à une incapacité à faire face au développement exponentiel des nouvelles technologies. 

Utilisateur intensif(22) : Un salarié est utilisateur intensif s’il utilise un ou plusieurs matériel(s) informatique(s) dont au moins un connecté (messagerie électronique professionnelle, Internet et/ou intranet) 7 heures ou plus par jour. La quasi-intégralité de ses tâches de travail sont ainsi réalisées sur ou grâce à un support informatique. 

Utilisateur modéré(22) : Un salarié est utilisateur modéré s’il utilise un ou plusieurs matériel(s) informatique(s) dont au moins un connecté (messagerie électronique professionnelle, Internet et/ou intranet) entre 3 et 7 heures par jour. 

Utilisateur peu intensif(22) : Un salarié est utilisateur peu intensif s’il utilise un ou plusieurs matériel(s) informatique(s) dont au moins un connecté (messagerie électronique professionnelle, Internet et/ou intranet) moins de 3 heures par jour. 

Workaholisme : Addiction comportementale dont certains facteurs de risque peuvent être liés à l’organisation du travail. 

Bibliographie

(Article lu 86 fois)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.