Crédits : Aquent & IAB France

Crédits : Aquent & IAB France

Avec le numérique, de nouveaux métiers ont récemment vu le jour tandis que d’autres ont tendance à disparaître et, puisque que la technologie est intrinsèquement liée aux évolutions des métiers, il est difficile d’identifier qui de l’un ou de l’autre arrive en premier sur le marché.

Comme souvent, ce qui est nouveau est rare et cher. Très sollicités, de nouveaux professionnels ont compris qu’ils pouvaient se permettre d’être très exigeants sur leurs conditions de travail. Il faudra sans doute attendre encore quelques années avant que le sourcing et le recrutement des talents qui exercent les nouveaux métiers du numérique (dont 10 sont listés ci-dessous) deviennent aussi simples que celui des métiers les plus connus.

Ainsi par exemple, en 2016, le poste de Webmaster est devenu résiduel car il évoque un temps révolu.
Avec l’apparition de ces nouveaux métiers, c’est tout un nouveau vocabulaire qui a émergé (pour qualifier des fonctions déjà dominantes en 2016 ou émergentes).

Les anglicismes seront de rigueur tant qu’une traduction (jugée valable et non dévalorisante pour les individus concernés) ne sera pas adoptée de façon consensuelle en langue française.
Les professionnels RH qui recherchent des profils à la pointe de la technologie peuvent aujourd’hui se tourner vers des agences de talents spécialisées dans les métiers du numérique pour dénicher la perle rare et placer celle-ci le temps d’une mission, voire d’un contrat classique (si tant est que ces types d’individus acceptent de se faire embaucher !).

@flaticon

@flaticon

I-  Brand content manager

Responsable de l’image de marque de l’entreprise sur le Web, il a pour mission de définir et de mettre en œuvre la stratégie de contenu d’une marque sur internet. En agence ou chez l’annonceur, le Brand Content Manager associe son expertise publicitaire à un savoir-faire dans la production éditoriale (textuelle, vidéo, graphique…). Selon le nombre d’années d’expérience, la fourchette de rémunération de ce métier se situe entre 42 et 100K € bruts annuels.

II-Traffic manager

@flaticon

@flaticon

Le Traffic manager (responsable de la gestion de trafic web) travaille en collaboration avec les services techniques et commerciaux d’une entreprise. Bien qu’il ne soit pas nécessairement en charge de la conception de la stratégie e-commerce, il est le pivot clé de sa faisabilité. En couplant des connaissances techniques liées au Web à des méthodologies marketing dématérialisées, le Traffic manager gère et optimise la rentabilité des services en ligne de l’entreprise. Il est particulièrement alerte et ordonné vis-à-vis des feed-back dépendants de ses actions tactiques. Il remodèle ainsi régulièrement certaines composantes de son trafic. Selon le nombre d’années d’expérience, la fourchette de rémunération de ce métier se situe entre 42 et 72K € bruts annuel.

@flaticon

@flaticon

III-    Social media manager

Le Social media manager (responsable des médias ou réseaux sociaux) se distingue du Traffic manager en cela qu’il est spécialement affecté à la gestion de l’e-réputation de l’entreprise. Le Social media manager doit avoir une pleine connaissance des chartes internes (graphiques et rédactionnelles) que l’entreprise souhaite défendre. Son travail s’effectue d’une part, de façon inconnue du public par une veille de l’image de son entreprise et de celle de ses concurrents et d’autre part, par l’affirmation et la valorisation sur les réseaux sociaux de la ligne éditoriale choisie. Le but du Social media manager est de développer la notoriété d’un produit, d’un service, d’un nom, etc. au contact des personnes influentes dans ce domaine. Cette fonction est rémunérée entre 40 et 70K € bruts annuels.

@flaticon

@flaticon

IV-     Développeur Web

Le Développeur Web participe à la conception et au développement technique de nouvelles applications Web et/ou Web mobile. Il est en charge d’analyser les besoins du client et de les traduire en un cahier des charges technique. Le Développeur Web écrit des spécifications techniques générales et détaillées concernant les phases d’analyses, d’élaboration, de test-retest qu’il mettra en place. Il possède une bonne maîtrise des langages et des outils de développement ; il rédige les lignes de codes nécessaires à la création d’un produit Web et se charge du suivi et des corrections jusqu’à la finalisation du projet.

@flaticon

@flaticon

V-   Chief Digital Officer

Souvent perçu comme le grand manitou de la transformation numérique, le