La veille stratégique permet d’agir rapidement et au bon moment, et donne également aux chefs d’entreprises l’opportunité d’améliorer leur positionnement face à de multiples enjeux, qui sont tout autant divers que stratégiques, comme notamment le choix d’entrer, ou non, sur un nouveau marché à la concurrence importante, ou simplement le fait de mieux connaître et d’appréhender son environnement.

Pour une entreprise, pratiquer la veille revient, en anticipant les risques, à se munir d’une assurance qui permettrait d’éviter certaines catastrophes. Mais quels outils utilisés pour des données de plus en plus importantes ?

  1. Vision globale de la veille stratégique

La veille est donc un processus qui se définit comme étant l’activité comprenant la collecte, l’analyse, la mise en forme, et la diffusion de l’information. Depuis quelques années, la tendance générale à l’augmentation de la quantité des données produites, ce qui remet en cause les pratiques habituelles de veille. Peut-on, dès lors, parler d’un trop plein de données concernant la veille stratégique ?

Rappelons tout d’abord l’existence de trois catégories d’information :

Crédits : http://laveille.blogspot.fr/

Pour pratiquer une veille efficace, il faut ainsi maîtriser le cycle de l’information.

➢         Processus de la veille

L’utilisation des outils de veille devient alors un élément important dans le processus.

Crédits : digitalreputationblog.wordpress.com

➢ La veille, un métier

Qui dit veille, dit veilleur ! Un métier unique et bien définit : http://bit.ly/1zemnjs dont trois catégories se distinguent : Les veilleurs temps plein et mi-temps, qui ont des activités de veille organisées, formalisées par des procédures et soutenues par des outils. Les autres sont des veilleurs informels, en interaction avec les veilleurs à temps pleins, et les veilleurs potentiels, des acteurs indépendants, qui réalisent des opérations de veille pour leur usage personnel.

  1. De la veille à la veille 2.0

De quelle manière la veille s’adapte aux évolutions technologiques ?

Le numérique a permis de modifier le cadre d’origine de la veille informationnelle. La technologie évoluant sans cesse, la veille stratégique s’est donc tout naturellement adaptée à ces changements. Internet est devenu incontournable depuis les années 2000, la veille traditionnelle s’y est conformée pour devenir la veille 2.0, comprenant de nouvelles méthodes de recherche et d’exploitations de l’information, tout en multipliant et en diversifiant les sources.

Dans ce nouveau cadre, l’internaute se retrouve ainsi au cœur de la veille.

Une veille effectuée sur le web permet de s’informer rapidement, de rester à jour, mais aussi d’anticiper et d’augmenter la taille du public visé par la publication de contenu..

La veille 2.0 est un moyen de rester à la pointe de la technologie dans son secteur d’activité, de préserver son e-réputation, d’animer une communauté, d’afficher sa présence, son dynamisme, ainsi que son expertise sur les réseaux sociaux.

Quels outils pour la veille ?

La bonne utilisation des outils est au centre de la veille. On peut retenir trois outils utilisés par les entreprises afin d’effectuer une veille à un coût raisonnable: http://bit.ly/1ETsNt0

outils de veilleWEBSITE WATCHER PRO est un logiciel de veille informationnelle qui permet de suivre au quotidien l’actualité de nombreux sites web. Abonnement à partir de 40 0euros.

sindup outils de veille

SINDUP surveille et analyse en temps réel les actualités diffusées en ligne via différents canaux : presse, médias sociaux, forums, communiqués d’entreprises, sites spécialisés, etc. Abonnement à partir de 600 euros

corporama outils de veilleCORPORAMA permet un accès direct aux documents web associés à une entreprise : actualités, mentions dans les blogs et les medias sociaux, recrutements en cours… Abonnement à partir de 400 euros

Il existe notamment le lecteur de flux RSS (Really Simple Syndication), un fichier dont le contenu est produit automatiquement en fonction des mises à jour d’un site web.

L’utilisation du flux RSS assure un gain de temps puisqu’il offre une vision large et rapide des sites.

L’un de ces site, netvibes, est un portail français personnalisable dans lequel il est possible d’ajouter tout types de contenu venus d’autres sites web (RSS,widgets)

Google riders, lui, est un lecteur de flux d’information sur internet qui permet la lecture

Pourquoi de la pratique d’une veille sur les réseaux sociaux ? En réalité cela permet de prendre connaissances de l’avis des nombreux internautes, effectuant ainsi une veille d’image. Aujourd’hui, chacun des groupes de réseaux sociaux possède un système de recherche d’information interne, plus ou moins développé. (Facebook, Viadéo, LinkdIn, Youtube, Google+, Twitter).

Afin d’avoir accès rapidement et en temps réel à des informations via les réseaux sociaux, les méta-moteurs envoient des alertes relatives à un sujet choisi. Ils sont nombreux et très utilisés, comme, notamment, Alerti, un service de veille et de gestion de la réputation en ligne. Vient ensuite Socialmention, un moteur de recherche en temps réel qui atteint une centaine de réseaux sociaux avec un nombre de recherche illimitée, et gratuite. Enfin, l’indispensable Google alerte, qui autorise une veille gratuite sur un nombre illimité de mot clé.

Conclusion

La veille est devenue un outil incontournable en ce qu’elle assure la pérennité d’une entreprise. Elle permet aux acteurs de se tenir au courant des changements de l’environnement, et ainsi d’anticiper les risques. L’évolution rapide de la technologie a fait que cette dernière occupe une place de plus en plus importante au sein de l’organisation. Les medias et l’émergence des réseaux sociaux numériques ou des blogs personnels ont permis l’augmentation rapide des sources d’information. Trop rapide, puisque l’on parle aujourd’hui d’infobesité, un terme qui désigne la surchage d’information à laquelle nous sommes tous les jours confrontés.

La technologie représenterait-t-elle donc un danger pour le futur ? Stephen Hawking, le physicien à qui l’on doit des avancées théoriques significatives dans la création de l’univers, se montre pessimiste : “Réussir à créer une intelligence artificielle serait le plus grand événement dans l’histoire de l’homme. Mais ce pourrait aussi être le dernier“. Il s’agit donc de se montrer prudent, et la notion d’éthique doit être sublimée. L’avancée des technologies est un grand atout pour l’homme et son futur, mais elle ne doit pas nous rendre dépendants. Enfin, la technologie ne saurait remplacer l’humain dans tous les domaines. Dans le milieu du renseignement par exemple, ou le développement de la technologie a permis la collecte d’importants volumes d’informations, l’importance et la qualité de l’information de source humaine font du renseignement humain un élément primordial des entreprises et des Etats.

  • Extrait :

Julien Romestant – Manager Veille et Intelligence économique – Cosmetic Valley

Augmentation du volume d’information

« Si je me base sur les 4 dernières années, j’ai vu un facteur multiplicateur par 5 du nombre de documents collectés dans la plateforme, l’arrivée de nouvelles sources d’information et la découverte de nouveaux champs d’exploration métier. D’ici 5 ans le volume d’information à traiter va croître de manière exponentielle. La mobilité et les réseaux sociaux sont des facteurs qui vont encore plus contribuer à cette augmentation du volume d’information. »

Sources :

——————-
Auteure de ce billet

Dina Giraud, étudiante en master 1 spécialisé dans la communication et les médias.

(Article lu 1579 fois)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.