C’est Valérie Andrade qui nous aura permis de découvrir cette artiste à laquelle nous dédions ce billet. Nous sommes convaincus que ses créations pourront s’inscrire à merveille dans des événements organisés par les clients de l’agence et aussi, intéresser des acquéreurs pour une opération de street art.

Voici les propos recueillis auprès d’Isabelle Bonté-Hessed2 que nous remercions également d’avoir accepté de nous ouvrir les portes de son atelier.

portraitIB2015Isabelle Bonté-Hessed2 est artiste plasticienne et vidéaste dont le travail porte sur le lien social, la mémoire, la disparition et l’effacement, dans une prise de position vis-à-vis de l’art et de son histoire. La technologie est arrivée dans sa pratique de plasticienne en 2007 et a changé la nature de ses interventions. Sur la forme, celles-ci intègrent l’image en mouvement, l’espace, les technologies, et la participation du spectateur. De nouveaux outils, tels que des capteurs ou des logiciels spécifiques, sont désormais utilisés dans la mise en place d’environnements physiques. Les modes opératoires deviennent plus complexes, composent avec la collecte de données, le temps réel, l’interface, l’interaction, de la manière la plus fluide possible, le but étant d’amener le spectateur à faire une expérience sensible et sensorielle. Sur le fond, elle souligne que le processus de création est toujours relation au monde qui l’entoure.

Pour toute commande passée par le biais de SpotPink et l’usage de ce code “Mots2015” vous bénéficierez, en 2015, d’une remise de 5% du prix affiché.

Comment est venue l’idée de créer Dédale de Mots ?

Si dans un premier temps, l’art numérique permet à Isabelle Bonté, nouvellement arrivée sur la dalle des Olympiades (Paris 13), d’exprimer son besoin d’interactivité avec la population du lieu où elle habite, les processus induits par la technologie l’amènent à s’interroger sur les modalités de la prise de parole. Qui parle ? Qui a droit à la parole ? Comment faire entendre la voix de l’autre ? Est-ce à l’artiste de délivrer un message ? Quelle est sa part de responsabilité « sociale » ?
L’oeuvre Dédale de Mots (expérimentée dans un premier temps pendant Nuit blanche 2007à Paris) soulève la question de la relation à l’autre dans la dynamique de se sentir ensemble et de mettre en commun, pour tous, la parole individuelle de chacun.

De quoi s’agit-il ?

com-nuage1Chacun est invité à répondre, par l’envoi de SMS ou de tweets, depuis son téléphone portable, à une question qui est posée à tous.
Chaque mot du SMS / tweets est mis dans un espace de données, puis apparaît sur un écran pour former un « nuage de mots clés » : les mots les plus fréquemment usités figurent au centre et les moins employés à la périphérie ; la typographie des mots est plus ou moins large en fonction de leur fréquence.
Concrètement, ce “tag cloud” s’affiche et se construit au fur et à mesure sur un écran. Il se modifie de façon automatique et dynamique, en temps réel et au fil des SMS ou des tweets
envoyés par les participants. Il peut également faire l’objet d’une scénographie particulière, adaptée au lieu dans lequel il se construit.
Aux questions posées aux participants, les “nuages de mots” visibles sur un écran apportent des réponses. Il s’agit de constellations mouvantes et métaphoriques d’un espace social de mots, comparables à des agoras virtuelles, qui donnent tout leur sens au partage.
Comment être ensemble, comment vivre ensemble, comment construire et se supporter comme ensemble, avec nos singularités (bien plus profondément encore que nos “différences”), et par-delà nos conflits d’intérêts ?

Réaliser un débriefing facilement

« nuagesdemots.com » permet, à l’issue d’un colloque ou d’un débat, de réaliser un “debriefing”. En effet, si ce nuage de mots se construit immédiatement dès l’envoi de SMS ou Tweets, il réalise également des statistiques : puisque les mots les plus envoyés grossissent dans le nuage en fonction de leur fréquence, cela permet de dégager l’idée centrale, principale, reçue ou perçue par les participants. Aussi, cet outil aide à tirer partie d’internet afin de développer de nouvelles façons d’échanger avec sa communauté et la cible de l’émetteur. Il permet donc d’accélérer la prise de décision au regard de la réaction de l’audience.
Par sa formation (études de Mathématiques (ParisVI/Jussieu) et de Philosophie (Paris1/Sorbonne, puis ENSBA en auditeur libre)Isabelle Bonté crée des protocoles esthétiques, producteurs de savoirs et d’expériences transdisciplinaires, créateurs de nouveaux repères et d’analyse de la vérité.

Qui sont les clients ?

Les festivals, les centres d’art, les musées, mais également les entreprises pour leurs colloques et événements divers dont inaugurations…
Dédale de mots a été utilisé pour des événements tels que Futur en Seine (Village des Innovations), Gaïté Lyrique, Beaubourg, Festival du Botanique (Bruxelles), Festival Européen Art link, Décalab (Laboratoire d’expérimentation et veille artistique), Maison&objet (Nouvelles tendances).

Dédale de Mots peut-il être un projet de street art ?

Dédale de Mots peut-être un projet de street art, soit en amont, comme pour la Nuit Blanche de Paris en 2007 en projetant le nuage de mots sur la façade d’un immeuble par exemple, soit en aval, lorsque le nuage est constitué, en le réalisant sous forme d’affiche, ou bien de peinture…
Les mots peuvent également être peints dans l’enceinte du bâtiment par exemple, pour créer une cohérence et une communication entre les différentes aires de ce lieu.

Exemples de créations et d’usages (en entreprise, dans les lieux publiques…)

Extrud-2 21 Extrud-3 2 Extrud-3 nuage3D_0 nuage3D_2nuage3D_4nuage3D_3

Une fois réalisé, ce nuage de mots peut devenir le support de la réalisation d’une sculpture en résine et/ou de peintures. L’œuvre ainsi créée, reste la mémoire vivante de cette construction ensemble ; chacun y aura participé. Chacun aura pu se l’approprier.
Dans ce second temps, le nuage de mots créé lors de cette rencontre est alors modelé en 3D sur ordinateur ; les mots sélectionnés sont ensuite imprimés, en impression 3D pour former la sculpture. (Les exemples de sculptures 3D ci-dessus, ont été mises en logiciel 3D par N. Souliman).
Cette sculpture peut-être un presse-papier, un porte-clefs, un souvenir de ce moment de partage…
Mais elle peut également faire l’objet d’une sculpture bien plus grande, pouvant investir l’espace d’un hall d’immeuble, l’extérieur du bâtiment… D’un point de vue pratique la sculpture peut servir de banc, de délimitation d’espaces, de lieu de rassemblement.
Cette sculpture et/ou ces peintures prolongent l’œuvre de la création qu’est le nuage de mots pour matérialiser la mémoire collective des participants.
À travers la réalisation de cette œuvre, se trouvent mis en jeu une sensibilisation à l’art contemporain, aux nouvelles technologies, mais également une création symbole de lien.

Quel budget prévoir et comment contacter l’artiste ?

Le budget pour ouvrir un accès à l’application “nuagesdemots.com” est soumis à discussion en fonction des besoins. En moyenne, le coût de l’accès pour « nuagesdemots.com » est de 1439,09 € TTC : la somme de 139,09 € est versée à la Maison des Artistes et 1300 € net reviennent à l’artiste. 
Pour la sculpture en 3D, tout dépend du nombre à réaliser, de la taille voulue.
Cette œuvre étant une œuvre artistique, elle est déductible des impôts. Cet avantage fiscal, souvent méconnu ,est aussi pour l’entreprise l’occasion d’une communication valorisante auprès de sa clientèle.

Pour en savoir plus

Sites : http://www.isabelle-bonte.com
              http://www.dedalle.fr
Blog : http://lalettreadeuxvisages.blogspot.com/
Facebookhttps://www.facebook.com/PlasticienneIsabelleBonte
Pinterest : http://www.pinterest.com/Isabelle_Bonte/
Email : hessed2@gmail.com

Derniers articles de presse :
MCD #72 : “Art numérique et lien social” (Oct. 2013)
Les pratiqueurs de nuages contemporains (2013)
http://vimeo.com/19624899 (2010)
La page consacrée à l’association sur paris.fr (rubrique «culture»)
Une interview
Visite de l’atelier sur rdv à Paris XIII, métro Olympiades.
Coordonnées : +33 6 63 69 00 15 – +33 1 53 61 19 79

(Article lu 1379 fois)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.