123458_9617Le chat, adulé par certains et craint par d’autres. Cet animal a su s’intégrer petit à petit dans notre quotidien. Présent dans l’histoire depuis des millénaires, celui-ci apparaît divin sous les traits de la déesse égyptienne Bastet. Puis, et malgré les préjugés de nos ancêtres médiévaux, la complicité entre l’homme et le chat pris racine dans l’agriculture, lorsque celui-ci fit fuir les nuisibles.

En 2005 à Chypre, l’archéozoologue et chercheur au CNRS, Jean-Denis Vigne fit la découverte, lors d’une fouille, de trace ancienne d’une association affective entre l’homme et le chat :

 “Une sépulture d’un homme associée à un squelette de chat datant de 8.500 ans avant notre ère tend à prouver leur association dans la vie et dans l’au-delà.”

Dans notre société moderne et informatisée, le chat est la star du zapping sur le web. En effet, de nombreux internautes prennent plaisir à faire partager les aventures de leurs boules de poils. De plus, ce félin, silencieux et attentif, paraît capable de comprendre les problèmes humains et de combler certains vides affectifs. Présent dans 25% des foyers français, 13% des propriétaires n’hésitent pas à lui confier leurs secrets.

Les débuts de la ronron thérapie :

En 2002, à la suite de recherches scientifiques sur le net, le vétérinaire Jean-Yves Gauchet, considéré comme le père de la ronron thérapie en France, tombe sur une étude menée par Animal Voice (association de recherche ayant pour objet d’étude la communication animale). L’étude démontre, statistiques à l’appui, qu’après lésions ou fractures, les chats ont cinq fois moins de séquelles que les chiens et retrouvent la forme trois fois plus vite. Se pose alors l’hypothèse d’une action réparatrice du ronronnement, en effet, les chats émettent ce son à la suite de situations dangereuses ou stressantes.

Jean-Yves Gauchet propose alors à des volontaires de tester les « pouvoirs » du ronronnement grâce à l’écoute d’un CD de 30 minutes : détendez-vous avec Rouky (Rouky étant un « patient » du vétérinaire). Les résultats montrent que les 250 participants ont ressenti de la sérénité, du bien-être et une plus grande facilité à s’endormir.

Les bienfaits insoupçonnés du chat :

Jean-Yves Gauchet compare les ronronnements du chat à un médicament apaisant sans effet secondaire.

“Quand l’organisme lutte contre des situations pénibles – stress, insomnie ou anxiété – le ronronnement du chat émet des vibrations sonores apaisantes et bienfaisantes, un peu comme la musique.”

Le praticien justifie ses dires par des faits biologiques :

“Le ronronnement utilise le même chemin dans le cerveau, à travers le circuit hippocampe – amygdale, une structure étroitement liée au déclenchement de la peur. Ecouter ce doux bruit entraîne une production de sérotonine, l’hormone du bonheur, impliquée dans la qualité de notre sommeil et de notre humeur.”

“C’est par le tympan, mais aussi les corpuscules de Pacini, des terminaisons nerveuses situées au ras de la peau, que nous percevons le ronron qui émet des fréquences basses, entre 20 et 50 hertz. Des pensées positives et de bien-être sont alors transmises à notre cerveau.”

Ces fréquences de 20 et 50 hertz sont utilisées par des professionnels (kinésithérapeutes, orthopédistes) afin de réparer les os brisés, les muscles lésés et accélérer le processus de cicatrisation.

De plus, Jean-Yves Gauchet s’est aperçu que les vibrations provoquées par les ronronnements pouvaient aider à réduire le JetLag (fatigue liée au décalage horaire). En 2009, celui-ci conçoit, en collaboration avec la marque informatique américaine Apple, une application destinée à aider les usagers à récupérer un rythme normal suite à un long voyage.

Neko Café ou bars à chats :

En 1998, à Taïwan ouvre pour la première fois le Neko Café (« neko » signifiant « chat » en japonais), celui-ci devient rapidement populaire auprès des touristes japonais, provoquant une prolifération de Neko Café au Japon. On en compte aujourd’hui plus d’une centaine, leur popularité serait attribuée à l’impossibilité de la population japonaise de posséder un animal de compagnie chez eux.

Le concept s’est exporté en Europe avec l’ouverture d’un Neko Café à Viennes. Il faudra cependant attendre septembre 2013 pour voir apparaître le premier Neko Café ou bar à chats à Paris.

L’objectif premier de ces Neko Café, ou autre bar à chats, est la détente. En effet, les clients sont invités à prendre un verre dans une pièce exclusivement consacrée aux chats, pouvant ainsi jouer, câliner ou simplement regarder dormir ces félins tout en profitant de leurs auras anti-stress.

 100% Mag a testez pour vous le bars à chats de Paris :
Capture d’écran 2014-10-02 à 22.32.42

Sources :

———————————-

149678_1696056438845_4593504_nAurélie Thomas
Chargée de communication et de marketing (stagiaire) chez SpotPink. Je suis actuellement une licence de psychologie à l’Université Paris Descartes. Les sciences humaines et l’impact des actions humaines sur l’environnement m’intéressent particulièrement. Par ailleurs, je consacre une grande partie de mon temps libre au cinéma et à la photographie. Vous pouvez me contacter via mon compte Twitter : @aureliem07.

(Article lu 2456 fois)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.