groupeQue ce soit dans la vie privée ou dans une situation professionnelle, savoir capter l’attention s’avère être plus compliqué qu’il n’y paraît ! Il est difficile d’affronter le regard et le jugement des autres, tant ils pourraient affecter l’estime de soi.

Dans un contexte professionnel, la prise de parole aura une issue positive à la condition sine qua non d’avoir réellement quelque chose à partager ! Mais il ne suffit pas d’avoir l’envie de parler et différents éléments de la communication doivent être considérés.

Route centrale et route périphérique : deux types de communication

La route centrale est suivie par les personnes motivées et capables de penser attentivement au contenu d’un message. Ces personnes sont influencées par la force et la qualité des arguments du discours. Les personnes qui suivent la route périphérique ne sont, quant à elles, pas dans l’état d’esprit d’analyser le contenu du message. Elles prêtent attention aux éléments non-révélateurs du message, et donc principalement à la qualité de la communication. Par exemple, le physique attractif d’une personne peut estomper les qualités ou les défauts de son discours.

Prendre en compte les attitudes du récepteur

L’humeur de l’auditeur, bien que difficilement maîtrisable, a un rôle non-négligeable dans la compréhension d’un message. Généralement, les gens heureux utilisent la route périphérique, c’est-à-dire qu’ils seront plus sensibles aux qualités de l’orateur. A l’inverse, l’auditeur de moins bonne humeur, est plus amené à emprunter la route centrale et à confronter l’argumentation exposée à sa propre connaissance du sujet. Il en découle donc que les gens de bonne humeur sont plus susceptibles d’être influencés.

Comment faciliter l’assimilation d’un message ?

Un débit de paroles trop rapide complique l’assimilation du contenu d’un message, quelque en soit sa qualité. Un vocabulaire adapté à l’audience, permet au message d’être compréhensible par tous. Par exemple, un médecin doit adapter son vocabulaire pour être compris de ses patients. De plus, la communication non-verbale comme la gestuelle, peut orner le discours avantageusement : il est plus facile de capter l’attention en ayant une attitude détendue, les bras ouverts, un visage souriant, une posture bien droite sans raideur et aussi le regard orienté vers le public. La voix, franche, forte, chantante, avec un débit régulier et une intonation adaptée, est celle d’un orateur persuasif. L’influençabilité des auditeurs suivant la route périphérique, les rend plus volatiles, moins capables d’assimiler ou de contrer un argument ; il est donc plus facile de les persuader. Leurs changements d’attitude, dépendants des facteurs environnementaux et du contexte, peuvent se produire rapidement, sans signal préalable et sans explication logique, ce qui les rend difficiles à prédire ou anticiper.

La communication, essentielle aux professionnels

Pour l’amélioration de la sécurité des vols, l’aviation est le premier secteur d’activité à avoir étudié les problèmes de communication, liés aux différences de cultures entre membres d’un équipage, au travers du Crew Ressource Management. Les différences d’intonations de voix ou de gestuelles selon les cultures, peuvent induire des malentendus, augmentant potentiellement les risques d’incidents voire d’accidents. Par ailleurs, la politique, a depuis longtemps, complètement intégré l’importance des outils de communication dans son fonctionnement, jusqu’à ce que ceux-ci deviennent prédominants.

Les habitudes de communication des siècles précédents étaient marquées par des différences notables entre l’émetteur et le récepteur. Comme le maitre à son élève, une hiérarchisation marquante induisait une communication au style très rustique. Aujourd’hui, quelque soit le secteur d’activité, quelque soit le niveau d’activité, l’émetteur doit impérativement adapter son style de communication aux caractéristiques de l’auditoire, dans un échange avec un respect mutuel.

SOURCES :

Judith Portron
jude-portraitStagiaire chargée de marketing et communication chez SpotPink, je suis étudiante en deuxième année d’école de commerce, Kedge à Bordeaux. Je suis passionnée par le domaine du marketing et des outils de communication, éléments indispensables au développement et au succès d’une entreprise. Très intéressée par l’entrepreneuriat, je souhaiterais dans le futur mettre à profit mes connaissances et mes expériences professionnelles dans une création d’entreprise. Dynamique et joviale, l’équitation et la musique ont une part importante dans ma vie. Vous pouvez me contacter via mon compte Twitter ou mon profil LinkedIn : Judith Portron. Mes tweets sur @spotpink seront signés par ^J.

 

(Article lu 2262 fois)

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.