La #communication non-verbale : ces gestes qui révèlent nos secrets

La communication non-verbale : qu’est-ce que c’est ?

La communication est, par définition, l’action de communiquer, d’établir une relation avec autrui. Et lorsque l’on parle de « non-verbal », il s’agit d’établir cette relation sans parole.
Elle se construit alors de silences, de gestes, de positions, d’attitudes, passe par les expressions faciales et la tenue vestimentaire pour compléter le message auditif. Elle permet de crédibiliser le message, de lui apporter en puissance, et donc de l’influencer. Mais attention, si la communication non-verbale peut engendrer un apport de sens positif, elle peut tout aussi bien produire le contraire et ainsi décrédibiliser vos propos.
Si vous souhaitez en savoir plus sur la signification de ces gestes du quotidien qui permettront de comprendre bien des choses si vous savez les interpréter, je vous invite à poursuivre votre lecture !

Cependant, je préfère vous prévenir : vous risquez, pendant au moins les heures qui vont suivre la lecture de cet article, d’épier les moindre gestes des personnes autour de vous et de les analyser, de savoir ce que ces personne pensent à un moment précis, ce qu’ils sont réellement, mais aussi de contrôler les vôtres pour ne pas qu’ils vous trahissent.
On ne sait jamais, quelqu’un pourrait déceler une faille en vous. Vous n’êtes pas le seul lecteur de ce blog !…

Commençons donc d’abord par les silences.

Contrairement à ce que la plupart d’entre nous pourrait penser, les silences font partie intégrante de la communication. Ils expriment plusieurs choses, qu’il ne sera pas difficile de déceler selon la situation, et si vous êtes, ne serait-ce qu’un peu, observateur !

Il y a donc plusieurs types de silences.

Celui qui exprime le respect et l’écoute de l’autre lorsqu’il parle. L’attention qu’on lui porte est alors visible, audible dirais-je même, par ce silence.

Il y a aussi celui d’une personne en colère, furieuse, mais qui se force à ravaler son courroux pour ne pas empirer les choses, ne pas passer pour quelqu’un d’odieux ou ne pas exposer une situation désagréable aux yeux de personnes externes.

Celui qui exprime très clairement l’indifférence, ou encore le mépris d’une personne qui ne souhaite pas entrer en communication avec une autre.

Celui qui exprime le doute, l’incompréhension, la confusion ou le scepticisme. Dans ce cas, la personne silencieuse aura tendance à ne rien vouloir dire, n’osant pas demander une précision pourtant non négligeable à son interlocuteur, mais elle l’attendra quand même.

Enfin, il y a tout simplement ce silence qui signifie qu’on n’a rien à dire. Soit parce qu’on est face à un inconnu qu’on ne souhaite pas connaître. Soit parce que vous ne souhaitez pas briser le silence qui vous enveloppe par des mots gâcheraient un moment agréable entre des personnes qui se complaisent dans le calme, et que leurs regards suffisent pour communiquer. Soit parce que vous aimez observer les personnes qui vous entourent, et cela vous suffit à les connaître et à les apprécier ou non.

Chaque silence signifie donc un sentiment, une sensation particulière. Et chaque silence, selon le contexte, peut s’interpréter de manière différente. Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège d’une mauvaise interprétation qui pourrait être préjudiciable à l’interlocuteur comme à vous.

loadimg.php 2

Parlons maintenant des gestes.

Il existe tout d’abord des gestes tout à fait conventionnels.

Je pense alors à ce doigt pointé vers quelque chose, une porte par exemple, pour signifier à la personne à qui on l’adresse qu’elle doit partir, à cette main qui se lève et s’agite dans l’air pour dire au revoir à un proche, à ces mains dont les paumes d’entrechoquent bruyamment pour signifier une satisfaction, ou encore à ce hochement de tête d’avant en arrière pour signifier l’approbation.

Tous ces gestes, même non accompagnés de paroles, ont une signification tout à fait claire pour chacun d’entre nous, car ils sont comme une convention.

Cela montre donc bien que la communication non-verbale passe aussi et surtout par le corps.

La façon dont nous nous tenons et dont nous positionnons nos membres peuvent trahir certaines émotions, états d’esprit ou traits de caractère.

Il ne sera évidemment pas possible ici de mettre en lumière les moindres gestes, mais nous verrons ceux qui sont les plus courants dans le monde professionnel comme personnel, pour présenter un panel de positions suffisamment large et intéressant pour vous être utile et vous captiver.

Abordons tout d’abord le HAUT DU CORPS

Nous verrons les gestes, mais commençons par la façon dont nous présentons.

Les cheveux par exemple, peuvent être un premier indicateur, selon le placement d’une raie, ou leur longueur en fonction de l’âge.

En effet, les personnes portant la raie au milieu sont, semblerait-il, plus susceptibles et difficiles à manipuler. Celles qui la portent à droite sont challenger, battants, ont une bonne faculté d’adaptation alors que ceux qui la portent à gauche sont plus sensibles, créatifs, féminins (et non spécialement efféminés si ce sont des hommes, attention !), et ont un tempérament plutôt séducteur.

Aussi, si vous voyez une femme d’âge mur avec cheveux longs, elle refuse très probablement de vieillir. Celle qui se met constamment la main dans ses cheveux aurait des tendances au narcissisme. Celle qui se les « tripoterait » ou feindrait de les recoiffer serait impatiente.

Après, je ne sais pas s’il est possible de faire des associations, par exemple une femme d’âge mûr, aux cheveux longs, à la raie à droite et y passant souvent les mains serait-elle une narcissique challenger refusant de vieillir ? Peut-être après tout.

Les ongles aussi peuvent servir d’indicateurs. Mesdames au vernis écaillé, attention, vous passerez pour quelqu’un de négligent, et même d’imprudent ! Et qui ferait confiance à quelqu’un d’imprudent ? La réponse semble évidente. Il en est de même pour les ongles longs mal taillés. Ils seraient le reflet d’un état dépressif ponctuel ou chronique. Les ongles rongés seraient signe de nervosité ou de stress permanent.

Et attention, lorsque vous voyez une personne qui contemple ses ongles, c’est sans doute qu’elle ressent une gêne et agit ainsi comme une défense.

Traitons désormais le sujet des lèvres.

Sachez tout d’abord que plus elles sont figées, moins vous avez confiance en vous.

Vous vous demandez quel est alors votre degré de confiance en vous à travers vos lèvres non ?

Passons. Si votre interlocuteur a la bouche entrouverte, il est probable que ce soit un individu relativement influençable. En effet, cette ouverture au niveau des lèvres serait comme une entre par laquelle les mots néfastes et manipulateurs entreraient facilement.

Si la bouche de votre interlocuteur est recouverte de son poing et forme comme un entonnoir, le coude étant appuyé, cela traduit une hostilité prédictive, une antipathie, un signe négatif dans tous les cas, vous l’aurez compris.

C’est aussi un signe négatif lorsque quelqu’un se touche la gorge. Cela signifie que cette personne a peur et reflète une angoisse (étranglements, égorgements…).

Descendons ensuite au niveau des bras, mais aussi des mains.

Je vais procéder ici par points et phrases « question-réponse ». Il sera ainsi plus facile pour vous de lire les exemples et explications.

  • Une personne tient de sa main droite son avant-bras gauche ? Vous êtes sans doute face à une personne hyperémotive.
  • Elle se tient le coude gauche ? Un échec affectif serait redouté par cette personne. Et s’il s’agit du coude droit, cela refléterait la peur d’un échec, et cette position serait adoptée comme pour se rassurer.
  • Si les deux coudes sont attrapés par les mains opposées, bras croisés, il semblerait que cette personne craigne réellement les difficultés de la vie.
  • Quelqu’un attrape son épaule droite ? C’est pour se protéger, l’épaule droite étant le symbole de l’ambition.
  • Les mains se rejoignent et les doigts se croisent sur un genoux replié sur l’autre ? Attention, ceci est un signe d’ennui proche.
  • Les mains ou les poignets sont posés au bord d’une table ? Vous avez face à vous une personne soumise aux règles. Ses avant-bras sont posés à plat ? Cette personne a confiance en soi.
  • Si ses coudes sont appuyés sur la table et que sa tête repose sur ses mains, cette personne est pensive.
  • Il se tient les biceps ? Prenez cela comme une demande de protection face à une situation désespérée. Cette personne cherche la protection du territoire, et donc à se protéger elle-même.
  • Il prend sa nuque dans ses mains, ses coudes en appui ? Il s’ennuit. Ou en a marre de vous…
  • Les bras en l’air, les coudes pliées et les mains contre la nuque ? C’est un menteur, un infidèle.
  • Les mains sur les hanches ? Cela est censé signifier la colère, l’orgueil, ou encore la fierté, à vous de voir selon le contexte !
  • Si sa main droite est positionnée sur sa hanche droite, c’est signe d’orgueil. Si c’est sa main gauche qui est sur sa hanche gauche, il serait vaniteux ET futile.

Pour les miss France, c’est chacun son côté (ou les deux).

miss-france-2014-le-trombinoscope-des-candidates-11037367ciuyo_1713

Les candidates à miss France 2014

Nous arrivons maintenant au BAS DU CORPS, notamment ici les chevilles.

Elles sont croisées sous le siège ? Vous ou votre interlocuteur qui adopte ce placement est dans un bon climat mental. Il ou vous êtes flexible, libéré, et ouvert. Mais tout se gâte si c’est la cheville gauche qui est croisée sur la droite… Dans ce cas, la personne est sur ses gardes et contrôle ses émotions. Et enfin, si les chevilles sont croisées sous la chaise, sur les pointes des pieds, l’individu est angoissé.

 Passons ensuite aux positions debout ou assise.

Une femme est debout, la pointe d’un de ses pieds est orienté face à elle, et le talon de l’autre est orienté vers la voute plantaire du premier. Vous arrivez à visualiser ? Si oui, cela va vous intéresser messieurs, ou mesdames ! Vous adaptez évidemment la situation selon votre cas.

Si la pointe de son pied est vers vous, attention, vous êtes susceptibles de lui plaire !

Je me plaîs à penser que la prochaine fois qu’une femme se tiendra debout en face de vous, vous regarderez la position de ses pieds, même par simple curiosité.

« Toute position assise qui ne respecte pas l’ergonomie du siège révèle toujours un malaise sous de faux airs de nonchalance ».

Joseph Messinger dans « Ces gestes qui vous trahissent »
  • Assis sur le bord du siège ? Vous avez affaire à une personne de condition modeste, timide.
  • Assis les bras écartés, posés sur les sièges voisins ? Cette personne manque de territoire ou d’espace vital, elle veut qu’on lui en laisse !
  • Assis sur une chaise à l’envers, les bras appuyés sur le dossier ? Cette personne se veut rebelle, immature et anticonformiste.
  • Assise, (pour cet exemple, c’est plus souvent le cas de femmes), droite sur son siège, son sac sur les genoux ? Elle tente de vous faire savoir que vous n’avez aucune influence sur elle. Elle ne vous écoutera sans doute pas beaucoup et aura tendance à vous couper la parole pour vous montrer sa « puissance ».
  • Assis, les jambes tendues et croisées ? Votre interlocuteur se sent à l’aise, et vous le fait savoir.
  • Assis, ses pieds pointent en dedans ? Il y a de fortes chances pour que cette personne soit plutôt naïve.
  • Ses mains sont sous elle lorsqu’elle se tient assise ? Cette personne affiche clairement son manque de maturité.
  • Assis, les pieds en l’air, posés sur le coin du bureau ? Vous avez affaire à une personne faussement influent, peut-être même quelqu’un qui se prend pour un patron et qui n’en pas un. Vous l’aurez compris, c’est une posture méprisante, tout à fait impolie, il n’y pas de quoi se laisser intimider.
  • Messieurs, si votre interlocutrice assise croise les jambes, et passe une main entre ses cuisses, cela peut signifier qu’elle a peur de ne pas vous plaire et se positionne ainsi comme un rituel, ayant un sentiment d’insécurité.

Sinon, elle peut tout aussi bien avoir froid aux mains. À vous de voir.

Poursuivons, avec les attitudes.

Quelques exemples, encore sous forme de points par soucis de clarté :

  • Au téléphone, votre interlocutrice ponctue chacune de ses phrase par un petit rire ? Elle est sans doute complexée et cela peut signifier que c’est une personne qui ne s’affirme pas.
  • Se gratter est un signe subconscient du système nerveux qui reflète le stress.
  • Elle se met régulièrement les mains dans ses poches arrières ? Madame apparaît comme provocatrice.
  • Elle relève le menton quand elle vous parle ? Cette personne a une haute estime d’elle-même. Même si elle sourit et a l’air sympathique, cette attitude signifie son mépris.
  • La personne à qui vous vous adressez hoche la tête mécaniquement lorsque vous parlez ? Elle ne vous écoute pas, et ce signe dévoile son anxiété. Peut-être ne comprend-elle pas ce que vous lui dites ?
  • Double croisement : les bras et les jambes croisés. C’est une attitude de surprotection, un refus de flexibilité.

Sachez aussi que vous pouvez observer la manière qu’ont les personnes de boire leur café.

Si si, c’est vrai. Je l’ai lu.

Le temps que vous mettez à boire votre café reflète la façon dont vous gérez votre temps.

  • Vous buvez lentement votre tasse, par petites lampées, en regardant le fond ? Ça sent le fatalisme.
  • Vous le buvez d’un trait ? Accroc au travail, vous êtes prêt à attaquer la journée.
  • Vous touillez, puis touillez, et touillez encore, le regard en l’air ? Vous êtes négligent… et vous finirez par boire votre café froid.
  • Vous changez systématiquement de main à chaque fois que vous prenez votre tasse ? C’est un signe de perturbation, car en général, on utilise toujours la même main !

Moins atypique que la façon de boire un café, une poignée de main peut avoir plusieurs significations selon la façon dont elle est faite.

  • Le bras de la personne qui s’apprête à vous serrer la main est en angle droit, collé contre ses côtes ? Cet homme n’a rien à vous offrir, il est mesquin.
  • Son bras est étendu ? Cela est signe d’un accueil convivial, ou intéressé. Il a peut-être besoin de vous ou attend quelque chose de vous.
  • Si l’on vous broie les doigts, c’est que la personne qui agit ainsi ne veut pas se sentir inférieure. Elle veut montrer de quoi elle est capable.
  • On vous tient le coude en même temps ? La personne qui initie ce double contact cherchera à vous influencer, vous manipuler dès qu’elle le pourra.
  • Si sa poignée de main est molle, vous pouvez prendre cela comme un refus de s’engager ou de vous considérer comme crédible.
  • Il vous serre la main entre les siennes ? Acte faussement amical, ce geste n’est qu’illusion.
  • Il vous serre la main droite en posant sa main gauche sur votre épaule droite ? Il vous apprécie, mais attention, il vous voit comme inférieur, vous lui devez le respect.
  • Si sa main est fuyante, que vous avez à peine le temps de la serrer, il se pourrait que ce soit un hypocrite.
  • S’il ne vous regarde pas en vous serrant la main, ce geste n’est que mécanique et ne reflète en rien un geste cordial.
  • Et enfin, s’il ne vous tend pas la main, c’est un manque de respect, un mépris.

Enfin, la communication non-verbale passe aussi par les expressions faciales, et la tenue vestimentaire.

Des expressions comme un clin d’œil, pour signifier sans doute que ce qui est dit ne doit pas être pris au sérieux, ou pour démontrer une connivence entre deux personnes, utilisé comme signe qui montre qu’on l’a reconnue, sont très courants, et aussi très nombreux. Trop nombreux. Ils dépendent des cultures, de la personnalité des personnes, de la complicité entre deux individus. Une expression peut ainsi être comprise par un groupe, et nullement par un autre. C’est pour cela que nous ne ferons que l’évoquer, sans développer cette partie avec des exemples.

italiangestures1

Italian popular gesture

En revanche, concernant la tenue vestimentaire, il est possible de faire ressortir quelques exemples.

Pour commencer par un classique, parlons de la minijupe.

Le message transmis par les femmes qui les portent serait « regardez-moi » , « voyez comme je suis belle». Mais est-ce pourtant le cas pour toutes ces femmes de communiquer implicitement leur envie d’attirer le regard, de séduire ? Pas si sûr. Le langage vestimentaire, comme le langage du corps, n’est pas forcément vrai pour tous et universel. Tout dépend de la situation.
Dans le cas des minijupes, tout dépend de la femme et de son état d’esprit. Elle peut tout aussi bien porter une minijupe, ou même un décolleté ou un jean moulant, dans l’intention de séduire, comme n’avoir aucune pensée de ce genre.

On appelle cela comment déjà ? Ah oui, un cliché.

Les bras croisés qui signifieraient le repli sur soi et le refus de communiquer en est aussi un. La personne adoptant cette position peut tout à fait ne pas savoir comment placer ses bras, et opterait donc pour cette posture.

Tout dépend ensuite, comme cela a été dit quelques lignes au-dessus, de la situation, du contexte.

Passé cet exemple, on peut aussi remarquer que la tenue vestimentaire peut refléter le statut social, même si cela peut largement être trompeur. Il faut là encore adapter ses talents d’observateur au contexte, mais nous pouvons tout de même nous accorder sur le fait que tout le monde ne porte pas de costume ou de tailleur pour aller au travail. Cela peut nous renseigner un peu plus sur la profession et le degré de responsabilité de la personne. Et sinon, en apprendre davantage sur son mode de vie, son niveau d’exigence envers elle-même, ou l’image que la personne souhaite se donner.

Les accessoires aussi tendent à exposer un certain statut social.

Les bijoux, les sacs, les chaussures, les chapeaux. Tout cela parle de nous, informe les personnes externes sur qui nous sommes, sur notre histoire, nos goûts, notre culture et nos valeurs.

On peut ainsi observer tout un panel de significations portées par les vêtements ou accessoires qui permettent d’en connaître bien plus sur les gens en un regard que ce que l’on pourrait croire.

Prenons à partie les chaussures par exemple.

À part la marque, la qualité ou encore le modèle choisi, que peuvent-elle nous dire ? Voyons cela par rapport à l’usure des semelles :

  • Usées aux bords extérieurs ? Ce type de marque sont sur les chaussures de personnes caractérielles, combatives, ou les deux.
  • Usées aux bords arrières ? Ces chaussures appartiennent à des gens influençables.
  • Usées aux bords intérieurs ? Leur propriétaire est timide, renfermé.
  • Sinon, s’il s’agit d’une femme en talons, le but est, vous l’auriez deviné, la séduction.

Dans le livre qui m’a servi de support pour la rédaction de ce billet, vous y trouverez aussi :

  • les gestes avec la cigarette,
  • la façon de marcher,
  • la position des doigts,
  • les lèvres (plus en détail),
  • les mains,
  • le regard,
  • le rire,
  • le sourire.
515-KaXicWL._SL500_AA300_

« Ces gestes qui vous trahissent » – Joseph Messinger

Infographies :

À voir aussi :

——————————-

Avatar Léa SherwoodLéa Lambert
Chargée de communication et marketing (stagiaire) chez Spotpink.
Je suis en 2ème année de BTS communication à l’ISCOM (Institut supérieur de communication et publicité) de Lyon.
Je m’intéresse beaucoup à tout ce qui touche à la communication, la publicité, le marketing, le comportement, la psychologie, mais aussi la mode, la décoration, l’architecture… Je suis très ouverte et aime découvrir de nouvelles choses et bouger, c’est pourquoi voyager et faire du sport sont aussi de grands plaisirs.

(Article lu 287507 fois)

1 réponse
  1. Chris | Bodyneverlies.net
    Chris | Bodyneverlies.net dit :

    Malheureusement, Jospeh Messinger n’est pas une source fiable dans le domaine de la communication non verbale. Tout vient du fait qu’il ne relie en rien ce qu’il dit avec la science…

    Les bon Auteurs à lire sont : Ekman, Matsumoto, Vrij, Navarro, etc 🙂

    Avec eux, la science est au rendez-vous 😉

    A plus
    Chris

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour valider votre commentaire... * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.